Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - savoir-être

Fil des billets

vendredi, 18 octobre 2013

Dirigeants d'entreprise : Maîtrisez l'écrit !

savoir écrire La pratique de la gestion d'entreprise implique qu'on y lise et écrive, chaque jour. Comme récepteur : lire et comprendre vite ce que l'on lit fait gagner du temps. En tant qu'émetteur, l'entrepreneur qui rédige bien maximise ses chances de voir ses écrits être suivis d'effets. Le savoir écrire fait partie de l'efficacité professionnelle et du savoir-être attendus dans l'entreprise. J'ai demandé à Florence Durif, rédactrice professionnelle de nous rappeler les grands principes à respecter pour une écriture convaincante.

BOILEAU a dit : «ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément» !

La phrase, si elle est prise dans l’autre sens est tout aussi vraie. Que vous écriviez un mail, un rapport, un business plan ou un dossier : ce qui est bien écrit démontre la connaissance parfaite du sujet abordé. Rappelez-vous toujours que si votre écrit est structuré, les idées apparaissent claires, et le raisonnement limpide. Il n’y a pas de répétitions ni de contresens, chaque concept ou point de vue est étayé par un exemple, une photo ou un graphique. Vous savez de quoi vous parlez.

Votre crédibilité se voit dans la structure même :

  • une introduction exposant l’utilité de votre article, la problématique.
  • une idée par paragraphe.
  • une conclusion reprenant les grandes lignes de votre projet ou de votre article.
  • un titre principal parlant et clair.
  • des sous-titres reflétant l’idée principale de chaque paragraphe.

Vous écrivez pour convaincre

Votre expérience se sent dans votre vocabulaire, vos expressions : vous utilisez des verbes actifs. Pas de : il semble, il paraît, il peut… ce sont des verbes de personnes qui ne veulent pas s’investir ! Il faut favoriser au contraire les verbes d’actions. Ainsi dans la communication vous : dialoguez, discutez, échangez, écoutez, exprimez, informez, transmettez, renseignez. Dans votre rôle de conseiller, vous allez avertir, clarifier, comprendre, diagnostiquer, écouter… Les verbes être, avoir ou faire sont à bannir.
Vous devez rechercher des verbes plus précis et éviter les répétitions. Vous utilisez le «nous» et non le «on». Vous n’écrivez pas des phrases de longueur démesurée : votre lecteur est vite perdu et a l’impression, pas toujours fausse, que vous cherchez «à diluer». Une phrase courte vous oblige à devenir explicite et juste. N’oubliez pas non plus de donner du rythme grâce à la ponctuation.

Votre sérieux, le respect de votre interlocuteur se lisent dans des écrits sans fautes : vous n’écrivez pas comme vous parlez. Vous êtes attentifs aux fautes d’orthographe, de conjugaison, de majuscules. Et puis, vous évitez d’utiliser votre jargon de métier surtout si vous vous adressez à des personnes qui ne connaissent pas votre profession!

Une bonne maîtrise des écrits a des conséquences pratiques : elle démontre votre sérieux, votre expérience, votre clarté d’esprit ! Elle rassure et donne du poids à vos arguments, à votre discours.

N’hésitez pas à faire relire par un tiers. Les entreprises agiles savent passer la main aux spécialistes, quand c'est nécessaire.

Florence Durif est correctrice et rédactrice depuis 2008 pour les particuliers comme pour les entreprises.

Pour les entreprises ou pour les agences de communication, elle relit, réécrit ou rédige des articles, des flyers, des plaquettes et des dossiers dans le respect des lignes éditoriales de chacun. Les particuliers, quant à eux, font appel en toute confidentialité aux services de correction et de relecture pour leurs manuscrits, thèses, masters, VAE.
Aide à l’écriture par la relecture, la correction, la réécriture ou la rédaction. Le fond et la Forme

jeudi, 23 août 2012

Bienvenue dans le networking professionnel (best of)

Cet article est paru pour la première fois le 18 mars 2010

Au risque de me répéter, je voudrais dire ici la grande foi que j'ai dans l'efficacité du réseautage "in the real life", je veux dire, les réunions d'entrepreneurs et porteurs de projets, autour d'un verre, d'un lunch ou d'un petit déjeuner.

PE-082-0135

J'ai la chance d'avoir pu professionnaliser ma propre démarche réseau et mon elevator pich au contact d'entrepreneurs plus expérimentés. Ces derniers jours, j'ai remarqué, et j'ai regretté qu'un grand nombre des nouvelles personnes que j'ai pu croiser, dans des soirées que je fréquente avec assiduité, se présentaient le nez au vent : une fois venu leur tour de parole, ils ou elles avouaient à demi-mots être venus "pour voir", sans pouvoir exprimer clairement ce qu'ils comptaient entreprendre ni ce qu'ils recherchaient.

Loin de moi, l'idée d'empêcher quiconque de se faire la main : les échanges réseau servent aussi à rôder un discours. Cependant puis-je suggérer -sans pousser de coup de gueule- aux organisateurs d'évènements de réseautage d'affaire, de respecter un certain équilibre, dans l'assistance conviée, entre les professionnels expérimentés, les jeunes entrepreneurs, les porteurs de projets et enfin ceux qui viennent disons ... en découverte. L'art d'équilibrer une assemblée, de faire émerger une cohérence de la diversité est difficile. Je le sais pour avoir essayé cet exercice à Paris. Mais la pérennité et la raison d'être d'un réseau professionnel tient dans la qualité de ceux qui le fréquentent. Voilà pourquoi je suis personnellement favorable à l'arbitrage des candidatures par les organisateurs, quitte à tenir une liste d'attente.

Et vous qu'en pensez-vous ?

samedi, 18 août 2012

5 conseils pour réseauter idiot (best of)

Article paru pour la première fois le 01/11/2009

Les réunions réseaux d'entrepreneurs sont nombreuses en ces temps difficiles. Le plus souvent, je prends plaisir à ces rencontres mais j'avoue que je sature un peu parfois. Il m'arrive d'être un peu robot dans mon attitude, c'est à dire trop préoccupé de mon pitch et pas assez dans l'écoute et dans le tact.

Lire la suite...

dimanche, 5 août 2012

Cessez de vous vendre, faites vous acheter ! (Best of)

Article publié pour la première fois en octobre 2009

Arrivé en avance à la réunion d'un club d'entrepreneurs, ce 30 septembre 2009, j'ai été accueilli par un membre du Club qui a vraiment le sens de la formule. Eric Mottillon, puisque c'est de lui que je parle, a parfaitement compris l'esprit réseau. Il a commencé, péremptoire, par un "Tu veux une coupe de champagne ?", avant d'aller me servir sans façons dans le frigo. Notre traiteur, n'a pas le temps de le morigéner (Derrière le bar c'est son domaine !) , Eric clame à mon intention : "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif". Il n'était plus question de champagne, bien sûr mais de la manière d'appréhender les relations dans un Club Business.

Sur son profil Viadeo, Eric indique "Cessez de vous vendre, faites vous acheter !" Ces propos m'ont semblé un bon résumé de l'action réseau efficace, sur le long terme. Pourquoi en effet solliciter lourdement des entrepreneurs qui n'ont pas exprimé de besoin. C'est consommer beaucoup de temps et d'argent pour finalement agacer un prospect non-ciblé.

"On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif". Quel entrepreneur avisé va, aujourd'hui, se laisser tenter par un produit ou service dont il n'a pas identifié le besoin ? Lequel d'entre nous n'est jamais agacé par une prospection "dure", par laquelle le camelot démontre surtout qu'il n'a pas travaillé sa cible? "Cessez de vous vendre, faites vous acheter". Ou encore : sachez adopter une attitude constructive, écoutez, mettez des gens en contact, rendez service. Dans cette stratégie de long terme, vous gagnez en visibilité et en notoriété. Vos rencontres d'aujourd'hui connaissent peut-être vos clients de l'an prochain. Lorsque l'âne aura soif, il se souviendra que vous êtes celui qui le menera à l'abreuvoir.

Je n'ai jamais dû me défaire d'un interlocuteur un peu collant. Par contre l'autre jour, j'ai eu le plaisir de saluer Julien Nishimata, directeur de la publication de Dynamique Entrepreuneuriale. Ce magazine, dédié aux entrepreneurs me séduit. Si le contenu est classique– on s'adresse à de jeunes entrepreneurs ou à des créateurs d'entreprises -, l'écriture est unique. En feuilletant l'édition de septembre du magazine, également disponible en ligne, j'ai même trouvé un article "Le rebond du mois" qui raconte les aventures entrepreuneuriales d'Eric Motillon. Vous savez, l'homme qui ne veux pas être plus têtu qu'un âne !

samedi, 12 mai 2012

L'entrepreneur indépendant doit il singer les entreprises de plus grande taille ?

Comme d'habitude, pendant l'hiver, je me suis fait plus rare, ici. Les limites de la vie d'indépendant : quand saisonnalité oblige, vous n'êtes vraiment dans le partage qu'avec vos clients actifs. Les partenaires, prospects, et amis de l'entreprise se trouvent dès lors relégués au second plan et les outils de communication et d'échange, comme ce blog sont également délaissés.

freelance-prestataire-flexibilite

Négliger le temps du réseau, de la réflexion, de l'écoute d'autrui ... en un mot : l'isolement, ce n'est jamais bon. Dans l'entreprise idéale, la production, le commercial, la recherche et le développement, la communication, la comptabilité et j'en passe doivent être agiles 365 jours par an.
Dans le cas d'une TPE, voire d'une entreprise individuelle, ce serait être déraisonnable que d'espérer voir l'homme orchestre agir quotidiennement sur tous les fronts. Et pourtant, comme chaque année, je me dis, ce printemps, que, bien sûr, je n'aurais pas pu être physiquement ni intellectuellement investi partout, en période de pointe d'activité, mais que j'aurais pu écrire des billets d'avance, pour alimenter ce blog pendant que j'étais occupé ailleurs. J'avais aussi réfléchi, à l'automne dernier, à l'opportunité de me faire aider, pour la tenue de ce blog, et d'en confier la charge à un professionnel de la communication.

J'aurais pu le faire!

In fine, je ne vais pas renverser la table. Une ligne éditoriale sinueuse ;) et une présence en ligne, (site, blog et réseaux sociaux) animée par ma pomme. Un rendu en ligne qui donne une idée assez juste de ce que je propose, professionnellement et personnellement.

Suivre Adjuvamus sur Twitter
Devenir Fan de laPage Adjuvamus sur Facebook

- page 1 de 3