Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - networking professionnel

Fil des billets

jeudi, 23 août 2012

Bienvenue dans le networking professionnel (best of)

Cet article est paru pour la première fois le 18 mars 2010

Au risque de me répéter, je voudrais dire ici la grande foi que j'ai dans l'efficacité du réseautage "in the real life", je veux dire, les réunions d'entrepreneurs et porteurs de projets, autour d'un verre, d'un lunch ou d'un petit déjeuner.

PE-082-0135

J'ai la chance d'avoir pu professionnaliser ma propre démarche réseau et mon elevator pich au contact d'entrepreneurs plus expérimentés. Ces derniers jours, j'ai remarqué, et j'ai regretté qu'un grand nombre des nouvelles personnes que j'ai pu croiser, dans des soirées que je fréquente avec assiduité, se présentaient le nez au vent : une fois venu leur tour de parole, ils ou elles avouaient à demi-mots être venus "pour voir", sans pouvoir exprimer clairement ce qu'ils comptaient entreprendre ni ce qu'ils recherchaient.

Loin de moi, l'idée d'empêcher quiconque de se faire la main : les échanges réseau servent aussi à rôder un discours. Cependant puis-je suggérer -sans pousser de coup de gueule- aux organisateurs d'évènements de réseautage d'affaire, de respecter un certain équilibre, dans l'assistance conviée, entre les professionnels expérimentés, les jeunes entrepreneurs, les porteurs de projets et enfin ceux qui viennent disons ... en découverte. L'art d'équilibrer une assemblée, de faire émerger une cohérence de la diversité est difficile. Je le sais pour avoir essayé cet exercice à Paris. Mais la pérennité et la raison d'être d'un réseau professionnel tient dans la qualité de ceux qui le fréquentent. Voilà pourquoi je suis personnellement favorable à l'arbitrage des candidatures par les organisateurs, quitte à tenir une liste d'attente.

Et vous qu'en pensez-vous ?

samedi, 18 août 2012

5 conseils pour réseauter idiot (best of)

Article paru pour la première fois le 01/11/2009

Les réunions réseaux d'entrepreneurs sont nombreuses en ces temps difficiles. Le plus souvent, je prends plaisir à ces rencontres mais j'avoue que je sature un peu parfois. Il m'arrive d'être un peu robot dans mon attitude, c'est à dire trop préoccupé de mon pitch et pas assez dans l'écoute et dans le tact.

Lire la suite...

jeudi, 9 août 2012

Adjuvamus Management Support et Facebook ? Fans ? (Best Of)

Article publié pour la première fois le 18/11/2009.

Je suis de ceux qui ne sont pas dupes : le Web 2.0 ne fait pas le business à lui tout seul. Cependant, j'ai fait le choix professionnel d'être sur plusieurs réseaux numériques, dans le but unique de promouvoir mes activités de prestataire de travaux administratifs et comptables.

Ainsi, j'ai créé une page Fan "Adjuvamus Management Support"sur Facebook. Discutable parce que ce média est un mix pro/perso mal délimité ? J'ai fait mon choix : si vous êtes sur Facebook, vous pouvez devenir fan de cette page, suivre, de manière non intrusive, le flux des publications que je fais sur le thème de la gestion administrative et comptable des TPE, mais aussi sur la vie des réseaux d'entrepreneurs.

dimanche, 5 août 2012

Cessez de vous vendre, faites vous acheter ! (Best of)

Article publié pour la première fois en octobre 2009

Arrivé en avance à la réunion d'un club d'entrepreneurs, ce 30 septembre 2009, j'ai été accueilli par un membre du Club qui a vraiment le sens de la formule. Eric Mottillon, puisque c'est de lui que je parle, a parfaitement compris l'esprit réseau. Il a commencé, péremptoire, par un "Tu veux une coupe de champagne ?", avant d'aller me servir sans façons dans le frigo. Notre traiteur, n'a pas le temps de le morigéner (Derrière le bar c'est son domaine !) , Eric clame à mon intention : "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif". Il n'était plus question de champagne, bien sûr mais de la manière d'appréhender les relations dans un Club Business.

Sur son profil Viadeo, Eric indique "Cessez de vous vendre, faites vous acheter !" Ces propos m'ont semblé un bon résumé de l'action réseau efficace, sur le long terme. Pourquoi en effet solliciter lourdement des entrepreneurs qui n'ont pas exprimé de besoin. C'est consommer beaucoup de temps et d'argent pour finalement agacer un prospect non-ciblé.

"On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif". Quel entrepreneur avisé va, aujourd'hui, se laisser tenter par un produit ou service dont il n'a pas identifié le besoin ? Lequel d'entre nous n'est jamais agacé par une prospection "dure", par laquelle le camelot démontre surtout qu'il n'a pas travaillé sa cible? "Cessez de vous vendre, faites vous acheter". Ou encore : sachez adopter une attitude constructive, écoutez, mettez des gens en contact, rendez service. Dans cette stratégie de long terme, vous gagnez en visibilité et en notoriété. Vos rencontres d'aujourd'hui connaissent peut-être vos clients de l'an prochain. Lorsque l'âne aura soif, il se souviendra que vous êtes celui qui le menera à l'abreuvoir.

Je n'ai jamais dû me défaire d'un interlocuteur un peu collant. Par contre l'autre jour, j'ai eu le plaisir de saluer Julien Nishimata, directeur de la publication de Dynamique Entrepreuneuriale. Ce magazine, dédié aux entrepreneurs me séduit. Si le contenu est classique– on s'adresse à de jeunes entrepreneurs ou à des créateurs d'entreprises -, l'écriture est unique. En feuilletant l'édition de septembre du magazine, également disponible en ligne, j'ai même trouvé un article "Le rebond du mois" qui raconte les aventures entrepreuneuriales d'Eric Motillon. Vous savez, l'homme qui ne veux pas être plus têtu qu'un âne !

mardi, 27 septembre 2011

Etes vous le prestataire de l'année ?

Si vous travaillez pour votre compte, vous n'êtes pas prêt de vous asseoir sur le confortable fauteuil présenté ici.

prestataire-de-annee-adjuvamus

Ce siège de luxe, photographié dans une agence web, est réservé au "Back dev de la semaine". Pour avoir le droit d'y poser son séant durant 5 jours, un membre de l'équipe doit avoir particulièrement brillé. D'ailleurs, il arrive que ce trône reste vide.

Dans cette entreprise d'une quinzaine de personnes, on pastiche ainsi le concept de l'employé(e) du mois dont, jadis, on encadrait le portrait de laurriers dans le journal interne de certaines grosses sociétés. Mais, lorsqu'on est prestataire extérieur, où trouver reconnaissance et motivation ?

Lire la suite...

- page 1 de 3