Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - freelance

Fil des billets

vendredi, 7 juin 2013

Le crédit d’Impôt pour la formation du chef d’entreprise.

Le principe du crédit d’impôt est plutôt simple. Les frais de formation de l’indépendant viennent diminuer ses impôts à payer en fin d’année. Dans un langage plus administratif, on dit que « le crédit d’impôt s’impute sur l’impôt sur le revenu dû par le travailleur indépendant ou sur l’impôt des sociétés, si le travailleur non-salarié exerce dans le cadre d’une société soumise à l’IS. »

Et si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt dû, l’excédent est restitué. Plutôt cool, non ? crédit-d-impot-formation-dirigeants-d-entreprise

Crédit d’impôt formation des non-salariés : les limites

Hélas, l'administration fiscale est modérément généreuse avec les entrepreneurs en quête d'efficacité professionnelle. En effet, le fisc plafonne le crédit d’impôt des chefs d’entreprises.

  • Le crédit d’impôt indemnise le dirigeant d’entreprise pour le temps qu’il a passé en formation, mais dans une limite de 40 heures par an. Pas si mal, dans l’emploi du temps d’un freelance ou d’un patron de petite entreprise.
  • Le crédit d’impôt formation est calculé en multipliant le nombre d’heures passées en formation par la valeur du SMIC horaire en vigueur au 31 décembre de l’année d’imposition.
  • Seules les entreprises relevant d’un régime réel d’imposition sont éligibles, ce qui exclut de fait les micro-entreprises et les auto-entrepreneurs.

Demander le crédit d’impôt formation des dirigeants d’entreprise.

Facile : Une simple déclaration à réaliser en même temps que la déclaration de revenu de l’indépendant ou la liasse fiscale de la société, si elle est soumise à l’IS.

Bien utilisé, le crédit d'impôts représente 400 euros, par an. C’est toujours bon à prendre. Après tout la formation continue est un must! Surtout pour un patron, tourné vers l'avenir.

Naturellement, pour professionaliser la gestion de votre PME par le biais de la formation, vous choisirez un centre de formation possédant un numéro d’enregistrement auprès de la DIRECTTE, les seuls à même de fournir une convention de formation et des attestations de présence officiellement admis : l’activité formation est réglementée.

formation-compta-petites-entreprises
Pensez aussi à faire financer votre formation par le Fonds d'assurance Formation (FAF) dont vous dépendez.

jeudi, 23 août 2012

Bienvenue dans le networking professionnel (best of)

Cet article est paru pour la première fois le 18 mars 2010

Au risque de me répéter, je voudrais dire ici la grande foi que j'ai dans l'efficacité du réseautage "in the real life", je veux dire, les réunions d'entrepreneurs et porteurs de projets, autour d'un verre, d'un lunch ou d'un petit déjeuner.

PE-082-0135

J'ai la chance d'avoir pu professionnaliser ma propre démarche réseau et mon elevator pich au contact d'entrepreneurs plus expérimentés. Ces derniers jours, j'ai remarqué, et j'ai regretté qu'un grand nombre des nouvelles personnes que j'ai pu croiser, dans des soirées que je fréquente avec assiduité, se présentaient le nez au vent : une fois venu leur tour de parole, ils ou elles avouaient à demi-mots être venus "pour voir", sans pouvoir exprimer clairement ce qu'ils comptaient entreprendre ni ce qu'ils recherchaient.

Loin de moi, l'idée d'empêcher quiconque de se faire la main : les échanges réseau servent aussi à rôder un discours. Cependant puis-je suggérer -sans pousser de coup de gueule- aux organisateurs d'évènements de réseautage d'affaire, de respecter un certain équilibre, dans l'assistance conviée, entre les professionnels expérimentés, les jeunes entrepreneurs, les porteurs de projets et enfin ceux qui viennent disons ... en découverte. L'art d'équilibrer une assemblée, de faire émerger une cohérence de la diversité est difficile. Je le sais pour avoir essayé cet exercice à Paris. Mais la pérennité et la raison d'être d'un réseau professionnel tient dans la qualité de ceux qui le fréquentent. Voilà pourquoi je suis personnellement favorable à l'arbitrage des candidatures par les organisateurs, quitte à tenir une liste d'attente.

Et vous qu'en pensez-vous ?

jeudi, 10 novembre 2011

Le dilettantisme m’a tuer*

(*sic)

Le statut indépendant et le télétravail, c’est pratique ! C’est la liberté de temps, de lieu et d’action. C’est un mode de fonctionnement terriblement flexible et efficace, pour les professionnels qui le choisissent comme pour leurs clients. Gagnant-gagnant, donc … Sauf pour les prestataires qui succombent aux péchés de la mort qui tue. ;)

freelance-prestataire-flexibilite


«Procrastination »

« Je bosse quand je veux. »

Lire la suite...

lundi, 3 octobre 2011

Grandir et recruter ou s’épanouir en solo ?

La liberté est l’un des attraits de l’entrepreneuriat en solo.

S’installer comme commerçant ou consultant c’est dire adieu aux chefs stupides, aux collaborateurs intrigants et aux collègues manipulateurs. Cependant, ce tableau doit être nuancé : travailler en solo n’est pas une sinécure.

Après le salariat et l’exercice libéral, il y a, pour certains, la grande aventure entrepreneuriale : ils développent une entreprise et recrutent du personnel. Une idée séduisante, un but en soi pour tous ceux qui ont goûté à l’esprit d’entreprendre, d’abord comme freelance ? C’est à voir : entreprendre « en grand » de façon juste et dans le bon tempo exige de jongler avec un flot incessant de contraintes et d’imprévus à côté desquels les soucis de la vie d’indépendant ne sont rien.

La vie pendant l’amorçage de l’entreprise ou en cas de croissance rapide est si rude que, parfois, l’entrepreneur se dit qu’il ne se serait pas lancé "s’il avait su". Sans parler du risque d’échec entrepreneurial : plus on tombe de haut, plus cela fait mal.

entreprendre-en-solo-ou-recruter-des-employes

La finalité de chaque entreprise est de créer de la valeur. Et comme celui qui n’avance pas recule, il faudrait constamment grandir. Or, la course à la croissance pour « l’amour de la croissance » est un exercice périlleux. L’avenir est parfois mieux assuré à ceux qui choisissent la formule « small is beautifull » qu’à ceux qui s’aventurent dans une croissance mal maîtrisée.

Alors recruter ou rester indépendant ? Voyons le « pour », voyons le « contre » :

Lire la suite...

mardi, 2 novembre 2010

RSI -Régime Social des Indépendants - erreur à 2 millions d'euros !

Chaque trimestre, les TNS (travailleurs non salariés) reçoivent des appels de cotisations sociales couvrant leur santé et leur retraite. C'est désormais un running-gag, le RSI et les URSSAF se prennent les pieds dans le tapis au moment d'envoyer leurs appels de paiement. Cette fois-ci, j'ai reçu, pour la même cotisation, deux appels de fonds à 4 jours d'intervalle, émanant l'un du RSI, l'autre de la RAM, ma caisse d'assurance maladie. Je suis trop prévenu de ce gloubiboulga pour avoir payé en double. En revanche, en bon comptable, j'ai fait un calcul pour chiffrer le coût de ce dysfonctionnement :

Lire la suite...

- page 1 de 2