Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - 5 décembre 2019

Fil des billets

dimanche, 1 décembre 2019

La grève du 5 décembre du point de vue des freelances et des TPE/PME

scier_branche.jpg En tant que travailleur non-salarié, j'afficherai, le 5 décembre 2019, mon opposition au gouvernement. Plus que sur le fonds, c'est sur la forme que j'entends manifester mon désaccord. Le Président de la République promettait, avant tout, de faire de la politique autrement que ses prédécesseurs. Il se trouve, in fine, confronté aux mêmes difficultés que celles rencontrées par les anciens présidents, de droite comme de gauche, mais avec la chienlit en prime. Je ne me retrouve pas dans les manières de M. Macron. Cependant, et c'est l'essentiel de ce message : j'exprimerai, le 5 décembre, ma réprobation et, le 6 décembre, en tant qu'agent économique responsable, je serai au travail. Je n'ai jamais aimé avoir à me répéter.

Un désastre pour le porte-monnaie des français

Quel homme serais-je, si je facturais, malgré tout, les clients, qui m'ont fait faux bond en dernière minute la semaine dernière, parce que leur train a été supprimé ? Ces gens, motivés, étaient debouts à 5h00 pour venir travailler avec moi. D'autres personnes ont décidé, sans préavis, de les immobiliser.
Ces prestations-là sont perdues et les frais qui y étaient liés (location de salle, etc) resteront à ma charge. A ce manque à gagner, vient s'ajouter le chiffre des annulations de commandes annoncées par des clients qui craignent à juste titre de programmer des déplacements pendant ce mois décembre.

Le freelance, ce nouveau travailleur précaire

Variable d'ajustement de modèles d'affaires en quête de flexibilité, ceux qui ont créé leur propre job sont, pour une bonne part d'entre-eux, économiquement fragiles (indépendant = pas de référence au droit du travail) : leurs charges à payer demeurent quand ils ne travaillent pas et le prix des prestations qu'ils facturent est souvent imposé par le cahier des charges de leurs clients.
Pour ma part, les mouvements sociaux engendreront une contraction de 10% de mes ventes de 2019. A l'échelle d'une famille moyenne, ce chiffre est significatif. J'ai la chance d'avoir été fourmi plutôt que cigale, les années précédentes et chacun sait que je suis enrobé d'un petit matelas ;) mais tous les indépendants n'ont pas d'économies devant eux.

Et les salauds de patrons ?

Lire la suite...