Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Salade grecque

L’idée de ce billet à ranger dans la catégorie "Humeurs de Thierry", m’est venue en réaction à la crise grecque : Est-il si surprenant qu’un pays fasse faillite, s’il est gouverné avec des principes identiques à ceux appliqués ces dernières années dans le secteur marchand ? C’est le capital qui fait l’élection. Les rois du pétrole, par exemple, ont fait les présidents des Etats-Unis du siècle dernier. En Europe, la proximité des gouvernants avec les fortunes d’affaires est connue et le lobbying politique comme les campagnes électorales, sont financées par ceux qui veulent défendre leurs intérêts économiques.

crise Grèce Union-Européenne

A propos de l'actualité européenne, donc, chacun se souvient des difficultés rencontrées par les pays membres de l’Union Européenne pour "rentrer" dans les critères économiques de Maastricht. Tous les spécialistes de la comptabilité et de la gestion qui rendent des comptes savent que la présentation de ceux-ci, comme la hiérarchisation ou la classification de certains postes influent largement sur la perception des chiffres par ceux qui les examinent. De là penser que parfois la mariée est trop belle ou que certains joueurs sont tentés de dissimuler des cartes sous le tapis …

La crise grecque concerne nos PME parce qu’elle va peser sur une économie déjà mal en point. Admettons que les politiques et leur coterie aient été surpris par l’explosion de la bulle financière. La faillite d’un état européen souverain ressort, elle, de la seule responsabilité du personnel politique.

La Grèce, avec le soutien des autres états-membres, qui ont souhaité l’accueillir, est rentrée dans un système monétaire dont elle n’a pas la capacité à supporter le fonctionnement : celui de la monnaie unique. Tout le monde va y laisser des plumes, la population grecque d’abord, ses voisins qui prétendaient l’aider, également. On est clairement dans un deal strictement « perdant-perdant ». Ce n'est pas la logique économique du développement durable avec des accords dont chacun tire avantage et reste un acteur solvable pour des marchés futurs.

Il n’est pas question de militer pour l’abandon de la Grèce à son sort. La France, a une tradition humaniste : ne revenons pas là-dessus. Mais ceux qui croient en la création des Etats-Unis d’Europe, sur le modèle d’outre Atlantique ont oublié que la Constitution des USA est fondée sur l’acceptation par le peuple entier d’un pouvoir centralisé, dès l'origine, à Washington, pour la politique économique et les affaires extérieures. L’histoire de l’Amérique du Nord n’a rien à voir avec celle des états souverains de l’Union Européenne, au sein desquels l’identité nationale est plébiscitée.

Le monde change vite : l’accélération des cycles économiques et l’hyper-information ont ceci de pervers que :

  • des personnes capables de mener une gouvernance vertueuse préfèrent se désister des plus hautes responsabilités que de se faire enfermer dans l'appareil du pouvoir.
  • l’obligation du « parler politiquement correct », nuit à la pédagogie et conduit au désamour d’un grand nombre pour l’intérêt général et à l'expression d'un certain égoïsme.

On dirait qu’on ne peut plus exercer de pouvoir, ni en entreprise, ni en politique, en restant fidèle à une éthique personnelle. le dépouillement des urnes, dans les pays européens, traduit le désarroi d’électeurs fatigués de choisir entre peste et choléra.

Décidément, la démocratie à l’occidentale est le pire système à l’exclusion de tous les autres. Mais cela, un autre a dû le dire avant moi. Comme entrepreneurs, nous avons une grande chance, nous devons, chaque matin, remettre nos convictions en question pour nous adapter et tourner avec la planète au même rythme que nos clients. Cela nous maintient dans une dynamique salutaire. D'ailleurs on est trop pauvres pour financer une révolution et puis, on en a pas le temps : il faut produire;<))

Allez, ce n’était que l'opinion du jour, et mon avis profane peut évoluer.