Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grandir et recruter ou s’épanouir en solo ?

La liberté est l’un des attraits de l’entrepreneuriat en solo.

S’installer comme commerçant ou consultant c’est dire adieu aux chefs stupides, aux collaborateurs intrigants et aux collègues manipulateurs. Cependant, ce tableau doit être nuancé : travailler en solo n’est pas une sinécure.

Après le salariat et l’exercice libéral, il y a, pour certains, la grande aventure entrepreneuriale : ils développent une entreprise et recrutent du personnel. Une idée séduisante, un but en soi pour tous ceux qui ont goûté à l’esprit d’entreprendre, d’abord comme freelance ? C’est à voir : entreprendre « en grand » de façon juste et dans le bon tempo exige de jongler avec un flot incessant de contraintes et d’imprévus à côté desquels les soucis de la vie d’indépendant ne sont rien.

La vie pendant l’amorçage de l’entreprise ou en cas de croissance rapide est si rude que, parfois, l’entrepreneur se dit qu’il ne se serait pas lancé "s’il avait su". Sans parler du risque d’échec entrepreneurial : plus on tombe de haut, plus cela fait mal.

entreprendre-en-solo-ou-recruter-des-employes

La finalité de chaque entreprise est de créer de la valeur. Et comme celui qui n’avance pas recule, il faudrait constamment grandir. Or, la course à la croissance pour « l’amour de la croissance » est un exercice périlleux. L’avenir est parfois mieux assuré à ceux qui choisissent la formule « small is beautifull » qu’à ceux qui s’aventurent dans une croissance mal maîtrisée.

Alors recruter ou rester indépendant ? Voyons le « pour », voyons le « contre » :

Voici d’abord quelques-uns des avantages qu’il y a atteindre une certaine « taille critique » par le recrutement de salariés :

  1. Vous pouvez engager votre entreprise dans de plus grands projets que si vous êtes travailleur indépendant. Beaucoup de grands-comptes ne se donnent pas même la peine d’examiner l’offre des freelances, donc si ce type de client est votre marché cible, vous devriez envisager de monter une entreprise qui présente une « surface » suffisante pour rassurer vos prospects sur votre capacité à les servir.
  2. Vous pouvez développer des offres complémentaires à votre cœur de métier en vous vous appuyant sur les compétences de votre équipe : vos collaborateurs apportent vraisemblablement des expertises qui s’ajoutent aux vôtres. Par exemple, si vous êtes un programmeur informatique et que vous embauchez un designer, vous diversifiez vos activités en toute cohérence.
  3. Vous gagnez plus. Si votre entreprise rencontre son marché, au plus vous pourrez produire, au plus vous pourrez vendre. Admettons qu’en exerçant votre métier en solo, vous gagnez en moyenne 2500 euros par mois. En vendant le travail de deux salariés, en plus du vôtre, vous devriez pouvoir obtenir au moins 1500 euros de plus pour vous, chaque mois.

Parmi les avantages liés à la croissance maîtrisée de l’entreprise, il en reste un, très subjectif, quand les autres sont factuels : en prenant la direction de collaborateurs, le dirigeant de l’entreprise sublime son ego : effet booster garanti ! Sans compter qu’avoir orchestré la croissance d’une startup est du meilleur effet sur un CV d’entrepreneur.

La force du fantasme entrepreneurial de certains dirigeants est d’ailleurs tellement irrésistible que beaucoup de patrons ont, plus ou moins inconsciemment occulté les aspects négatifs de la croissance à tous crins : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » (Mark Twain).

En contrepoint, quels sont les inconvénients de la croissance par recrutement ?

  1. Vos charges fixes vont augmenter. Selon l’activité exercée, le développement de l’entreprise va nécessiter des investissements structurels. Vous devrez au minimum vous équiper d’un système informatique adapté et supporter quelques autres charges fixes dont le loyer d’un vrai bureau ne sera pas la moindre. Vous devrez évidemment payer des salaires ou rémunérer des freelances : cela revient au même : les uns ou les autres cesseront de travailler si vous ne les payez pas.
  2. Votre propre productivité va diminuer. Vous allez passer du temps en réunion. On l’a vu dans l’exemple cité plus haut, les profits n’augmentent pas proportionnellement à l’augmentation de l’effectif de l'entreprise. Le bénéfice ne triple pas parce qu’on est trois fois plus nombreux. Quand plusieurs intervenants collaborent à un projet, le temps passé à échanger et à comprendre autrui, augmente. Vous allez devoir assurer le management et la planification. Pendant ce temps-là, vous ne produirez plus vous-même.
  3. Exercer le leadership est beaucoup fatiguant que de produire en vous reposant sur vos connaissances techniques. Pire, les erreurs que vous commettrez dans votre rôle de chef de projet peuvent être très lourdes de conséquences.
  4. Vous allez perdre l’argument différenciant que représente votre propre personnalité. Un client peut choisir un freelance en raison de son savoir-faire avéré ou son un appréciable savoir-être. Tout travailleur indépendant a un style unique et impossible à cloner. Dans certains cas, le coup de main du maître est impossible à reproduire. C’est particulièrement vrai dans les métiers artistiques ou à haute valeur intellectuelle ajoutée.
  5. Il va falloir trouver des employés compétents. Les profils dont vous avez besoin sont-ils disponibles sur le marché pour le salaire que l’entreprise peut leur offrir ? Etes-vous capable de choisir le personnel qu’il vous faut ? L’erreur en matière de recrutement viendra saboter tous vos efforts. Par ailleurs, il est illusoire de déposer ses espoirs de croissance sur les épaules de jeunes (stagiaires ?) sans expérience que vous mettriez en position d’exercer des responsabilités déraisonnables.

En fin de compte, ce n’est pas évident de savoir s’il faut grandir ou rester travailleur solo. Souvent l’entreprise "avec équipe" apporte beaucoup de satisfaction à l’entrepreneur-manager qui est prêt à subir le revers de la médaille. Mais dans d'autres cas, le freelance aura intérêt à continuer à tirer le meilleur parti de son activité indépendante.
Grandir et recruter ou s’épanouir en solo ? C’est une décision très personnelle et chaque entrepreneur doit chercher la meilleure voie en fonction de ses critères personnels, voire intimes.

Je voudrais finir en évoquant une formule intermédiaire : travailler en réseau d’experts indépendants (voir article à ce sujet de Anna Piot sur Maviepro.fr), avec des pairs ou d’autres freelances qui partagent vos valeurs et dont les compétences sont complémentaires. C’est sans doute une bonne façon de travailler en équipe tout en faisant bénéficier tout le monde, clients compris, d’une grande flexibilité.

Et ça résout provisoirement la question ‘grandir ou rester solo’.

Commentaires

1. Le mercredi, 4 avril 2012, 15:35 par mutuelle

Great website, your blog theme is so beautiful, Where did you get it? ^^ My website is not as nice as your, maybe you can help me ? thanks Julie

2. Le vendredi, 27 avril 2012, 11:31 par courtier en assurance santé

Salut !
Merci du petit détour sur mon article et du commentaire,
votre article est très bien fait également,
Bisous

Audrey

3. Le mercredi, 2 mai 2012, 12:48 par mutuelle

Salut tout le monde, l'article m'a bien servis je vous en remercie.
Le mien sera bientôt en ligne et j'espère qu'il sera aussi jolie que le votre !
A plus tard

Andrea