Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Email Made in Normandy

Chaque été, c’est le même refrain : le chef d’entreprise, l’entrepreneur ou le freelance ont-ils droit à des vacances ? J’étais hier avec un client, dirigeant d’une agence web qui monte.

vacances
Ce dernier rentrait d’une absence de trois semaines. Il avait fallu un prétexte sérieux pour le tenir si longtemps éloigné du cratère en ébullition de son entreprise, de son associé et d’une bonne douzaine de collaborateurs.

Cet heureux homme rentrait de voyages de noces. D’emblée, il m’a dit qu’il avait un regard totalement régénéré sur les petits et grands sujets qui préoccupent un dirigeant d’entreprise. Je le crois sur parole : je suis devenu un fervent défenseur du ressourcement que procure une coupure totale.

D’abord, les idées originales éclosent rarement dans le cadre ordinaire de notre routine. Ensuite, il s’agit de savoir lâcher prise : un cerveau diverti va continuer « en tâche de fonds » à indexer toutes les informations glanées dans des temps de stress plus ou moins prononcé. Et ces données, mieux classées, seront plus accessibles lors de notre retour aux affaires, après les vacances.

Pendant l’année, chacun est envahi par des faits et contraintes dont certains finissent par peser sur la capacité à décider, imaginer, innover et trancher nécessaire à l’entrepreneur. Or, pour beaucoup d'entre nous, il n’est pas facile de reconnaître la fatigue.

La prise de distance par rapport à notre cadre quotidien permettra le recul nécessaire pour faire, sans effort, le tri entre l’urgent et ce qui peut attendre, entre le futile et l’important.

Vous m’avez compris, je partirai en vacances sans remords, après m’être organisé pour qu’aucun client n’ait à souffrir de cette absence. Je pense revenir reposé et avec un enthousiasme tout neuf qui m’aidera à pousser encore un peu plus loin les limites du possible avec mes clients. Il va de soi que l’ensemble des personnes qui font confiance à Adjuvamus Management Support ont également ma confiance et qu’ils pourront me contacter au téléphone s’il le faut.

Je ne m’étendrai pas ici sur la manière dont il convient de communiquer à propos des dates de vacances qu’on a choisies. J’ai vu des freelances organisés et prévoyants expédier des emails dès le mois de juin dans l’intention louable de « prévenir à l’avance ». D’autres, parmi lesquels j’ai décidé de me ranger, n’en parlent que lorsque des impératifs de planning sont évoqués par le client. J’ai choisi cette deuxième option car, dans ma clientèle, les entrepreneurs ont le nez dans le guidon jusqu’à la dernière minute qui les sépare du temps de leurs congés : les avertir en amont de mon propre calendrier serait leur délivrer une information qui ne les intéresse pas ; sinon ils me l’auraient demandée.

Les vacances ont des vertus salutaires sur le business en plus d’être une nécessité physiologique. Je ferai une vraie coupure, début août . Pendant ces 15 jours, le bon sens des uns et des autres viendra à bout des vraies urgences, qui du reste, seront peu nombreuses. Voilà pour la flexibilité

En attendant mes grandes vacances, je vole déjà quelques heures sur le temps passé au bureau, en me rendant en Normandie pour les fins de semaines. Et si je traîne un peu pour rentrer en Ile-de-France, le lundi matin, les clients pour lesquels j’ai réglé quelque affaire de gros sous entre deux bains de mer se moquent bien que mes emails soient « Made in Normandy ».