Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ou faut-il être, la semaine du 6 avril ?

Ou faudra-t'il être la semaine prochaine pour défendre efficacement les couleurs de nos entreprises ?

Ceux qui comme moi ont raté de grands moments de la semaine écoulée, comme les Cafés du Freelance organisés à Paris par Dominique du blog du freelance auront à coeur de rattraper le temps perdu.

Le premier avril étant passé, vous devez considérer les propositions suivantes comme des valeurs sûres.

Si le Réseau European Business Developpement auxquel j'ai donné vie avec Thibault Nivière et Samuel Odelain affiche complet, lundi prochain, vous pourrez quand même me rejoindre chez Interfrench au 72 rue Michel Ange (Paris 16è) . Pierre-Jean Charra nous accueillera comme d'habitude autour d'un buffet léger (PAF 15 euros) pour nous permettre d'échanger nos cartes de visites. Les habitués savent qu'on rencontre souvent chez Interfrench des profils internationaux, qu'il est bon d'attraper quand ils sont de passage en France. Il n'est pas nécessaire de réserver mais il arrive qu'on joue des coudes! La rançon du succès.

Le lendemain jeudi 9 c'est chez C-Réseau que nous serons dès 19h30. Carole Ruvira, qui nous reçoit dans le cosy Imagine Hall va revenir, tout en légèreté sur les réflexes à acquérir ou à se réapproprier pour développer notre intelligence réseau avant de nous réunir autour du traditionnel buffet.

(Imagine Hall c'est 66 rue Ampère, 75017 Paris) . Il vous en coûtera 25 euros (membres 20 euros) que vous ne devriez pas regretter. La réservation de votre fauteuil est indispensable auprès de notre hôtesse : . Appelez Carole de ma part au 06 83 13 97 48 ou caroleru@aol.com

Commentaires

1. Le vendredi, 10 avril 2009, 12:30 par Thierry Goemans

Record d'affluence chez Interfrench, mercredi soir et débat sur les vertus d'une activité réseau professionnelle bien menée chez Carole Ruvira, ce jeudi soir.
Mon champs lexical sur le thème de l'économie responsable s'est élargi d'une expression que je reprendrai : le "village économique" désignerait à la fois les prestataires et les clients d'une offre de services de proximité. Je parie en effet que les modes de consommation vont se recentrer localement, chacun retrouvant le désir de commercer dans sa zone géographique, pour pouvoir rencontrer ses fournisseurs et défendre ses intérêts "dans la vraie vie". Ca rassure de connaître celui qu'on paie!