Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 6 janvier 2020

Trésorerie, BFR et concours bancaire : kit de survie pour votre entreprise

tresorerie_2.jpg Connaître à l’avance le montant de trésorerie nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de vos affaires dans les semaines ou les mois à venir est une tâche ardue pour tout dirigeant d’entreprise. Financer votre besoin en fonds de roulement est cependant la première condition pour pérenniser et développer un modèle économique, quelle que soit l’activité et la taille de votre entreprise. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il faut convaincre un établissement de crédit de participer à votre projet entrepreneurial.
Vous trouverez dans cet article un modèle de tableau de trésorerie à télécharger.


Les indépendants et les chefs d’entreprises qui ont besoin de concours bancaires pour financer leurs activités disent parfois que les banquiers sont frileux, au moment de décider d’un prêt professionnel. On entend aussi que les établissements de crédit peinent à comprendre les projets que les entrepreneurs leurs soumettent. Au-delà de ce ressentiment, les statistiques montrent que les projets d’investissements solides trouvent leur financement auprès des banquiers et que les concours de trésorerie « court terme » sont accordés lorsque le business plan éclaire les opportunités, mais aussi les risques liés à l’opération.

Connaître la psychologie du banquier

Lire la suite...

dimanche, 1 décembre 2019

La grève du 5 décembre du point de vue des freelances et des TPE/PME

scier_branche.jpg En tant que travailleur non-salarié, j'afficherai, le 5 décembre 2019, mon opposition au gouvernement. Plus que sur le fonds, c'est sur la forme que j'entends manifester mon désaccord. Le Président de la République promettait, avant tout, de faire de la politique autrement que ses prédécesseurs. Il se trouve, in fine, confronté aux mêmes difficultés que celles rencontrées par les anciens présidents, de droite comme de gauche, mais avec la chienlit en prime. Je ne me retrouve pas dans les manières de M. Macron. Cependant, et c'est l'essentiel de ce message : j'exprimerai, le 5 décembre, ma réprobation et, le 6 décembre, en tant qu'agent économique responsable, je serai au travail. Je n'ai jamais aimé avoir à me répéter.

Un désastre pour le porte-monnaie des français

Quel homme serais-je, si je facturais, malgré tout, les clients, qui m'ont fait faux bond en dernière minute la semaine dernière, parce que leur train a été supprimé ? Ces gens, motivés, étaient debouts à 5h00 pour venir travailler avec moi. D'autres personnes ont décidé, sans préavis, de les immobiliser.
Ces prestations-là sont perdues et les frais qui y étaient liés (location de salle, etc) resteront à ma charge. A ce manque à gagner, vient s'ajouter le chiffre des annulations de commandes annoncées par des clients qui craignent à juste titre de programmer des déplacements pendant ce mois décembre.

Le freelance, ce nouveau travailleur précaire

Variable d'ajustement de modèles d'affaires en quête de flexibilité, ceux qui ont créé leur propre job sont, pour une bonne part d'entre-eux, économiquement fragiles (indépendant = pas de référence au droit du travail) : leurs charges à payer demeurent quand ils ne travaillent pas et le prix des prestations qu'ils facturent est souvent imposé par le cahier des charges de leurs clients.
Pour ma part, les mouvements sociaux engendreront une contraction de 10% de mes ventes de 2019. A l'échelle d'une famille moyenne, ce chiffre est significatif. J'ai la chance d'avoir été fourmi plutôt que cigale, les années précédentes et chacun sait que je suis enrobé d'un petit matelas ;) mais tous les indépendants n'ont pas d'économies devant eux.

Et les salauds de patrons ?

Lire la suite...

mardi, 12 novembre 2019

Le cycle de trésorerie de l'entreprise

Dans cette vidéo, nous parlons du cycle de l’argent. Souvent, l’entreprise doit exposer des dépenses, faire des achats et les payer aux fournisseurs avant d’avoir pu vendre. Encore faut-il s'assurer disposer de la trésorerie nécessaire. On vous explique le décalage entre le cycle d'exploitation et le cycle de trésorie des entreprises.

video_cycle_de_tresorerie.jpg

 

Il faut bien régler les dépenses d’infrastructure, les rémunérations et les frais généraux, sans parler des marchandises ou fournitures nécessaires pour servir les clients. Bref, payer ce qui est nécessaire pour exploiter efficacement l'entreprise.

 


 

Vous voulez densifier vos connaissance en gestion finanière des entreprises ?
Profitez du cours  e-Learning : Guide vidéo du bilan comptable et du compte de résultat

Lire la suite...

mardi, 29 octobre 2019

Rémunération du travail ou rémunération du capital. Quelles différences ?

dividendes_ou_remuneration_du_travail.jpg
 

Si vous êtes actionnaire de la société commerciale pour laquelle vous travaillez, et que celle-ci est bénéficiaire, vous pouvez faire des choix d'optimisation de votre rémunération en jouant sur la combinaison des revenus du travail que vous y accomplissez avec des revenus du capital (dividendes. Dans cette vidéo, nous allons vous donner les limites de l'optimisation des prélèvement sociaux et fiscaux, selon la forme juridique de votre société commerciale.

Je voudrais parler avec vous de la rémunération de ceux qui tirent leurs principaux revenus de leur propre entreprise. Quand on travaille dans sa propre société, en tant que dirigeant, il y a deux types de rémunération reconnues par la Loi.

La rémunération du travail :

Vous passez du temps dans votre entreprise, vous avez une rémunération, indemnités de gérance, voire, pour les présidents de sociétés, un salaire comme assimilé salarié (pour les dirigeants de SAS ou de SASU). La rémunération du travail, quelle qu'en soit la forme (salaire, inde

La rémunération du capital

D'autre part vous avez la rémunération du capital qui viendra rémunérer le risque que vous prenez en investissant de l'argent dans l'entreprise. En effet, vous auriez très bien pû placer votre argent sans risque, à la banque, par exemple. Mais, en l'investissant en action d'une entreprise, vous courez le risque de subir des pertes éventueles. La rémunération du capital, c'est votre part dans les bénéfices réalisés.
Le risque entrepreneurial lié à l'investissement en actions d'une société commerciale, c'est qu'en cas de pertes, il n'y aura évidemment pas de dividendes, la rentabilité de l'investissement étant négative.
 

Minorer la rémunération du travail pour augmenter la rémunération du capital ?

quand on parle de dividendes, (vous prélevez les bénéfices de votre entreprise), ceux-ci ne sont pas toujours assujettis aux charges sociales.

Lire la suite...

mardi, 8 octobre 2019

Choisissez le statut social du dirigeant avant de créer votre société

Dans cette vidéo nous allons faire le tour des questions à se poser avant de passer à la création d'une société commerciale. Il y a des aspects juridiques sociaux et fiscaux à prendre en compte. Ce qui est important c'est de choisir d'abord le statut social de celui ou celle qui sera dirigeant.e de la société.

photo_blog_avec_video.jpg
 

Avant de choisir de créer une SAS une SARL ou une EURL, par exemple, posez vous d'abord la question de savoir sous quel statut social VOUS allez personnellement vous engager en tant que dirigeant.e.

La logique c'est de savoir en premier lieu si vous voulez être "travailleur-non-salarié" ou bien "assimilé salarié".

Comme statut social des dirigeant.es de sociétés ce sont les deux possibilités. Le choix d'une ou l'autre formule présente, pour chacun, des avantages et des inconvénients.
Il faut choisir en fonction de votre situation personnelle et non pas pour suivre une mode quelconque. Votre âge, la composition de votre foyer fiscal, avec ou sans enfants, le niveau de revenu d'un conjoint, crée, pour chacun, une situation différente qu'il faut examiner avant le choix de la forme juridique que prendra votre société.

Si je vous ai dit commencer par examiner le choix du statut social le plus favorable pour vous en tant que mandataire social de votre future société c'est parce qu'il y a des incompatibilités : impossible d'être TNS si on dirige une SAS ou une SASU, et impossible d'être assimilé salariés si vous êtes gérant majoritaire d'une SARL ou EURL.

Lire la suite...

- page 1 de 57