Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - petite entreprise

Fil des billets

lundi, 28 janvier 2019

Faites votre comptabilité d'abord pour vous

comptabilite.jpg
 


En tant que dirigeant, vous soignez l’image de votre entreprise ? La comptabilité vous y aide. Bien tenue, c’est un outil de gestion et de communication de premier ordre : son caractère normatif en fait une source d’informations irréfutables et une vitrine bien pratique pour qui veut inspirer confiance.
Quelles sont les raisons qui poussent certains entrepreneurs à se priver de chiffres objectifs pour le pilotage de l'entreprise ? 
On vous explique pourquoi même les organisations de taille modeste ont intérêt à prendre la comptabilité très au sérieux?


Le premier objectif de l’entrepreneur, c’est de développer une offre qui se vende et de s’assurer ensuite d’encaisser la recette. C’est particulièrement vrai pour les start-up, en phase d’amorçage.
Le jeu du développement commercial et de la croissance nécessite pourtant des mesures objectives, ne serait-ce que pour vérifier si l’objectif de marge ou de volume est respecté et pour anticiper le besoin de trésorerie nécessaire au cycle d’exploitation. Si chaque dirigeant peut avoir ses préférences pour le calcul et la présentation des indicateurs de gestion nécessaires au pilotage de l’entreprise, si chaque secteur d’activité a ses spécificités, il est un baromètre universel, dont la pertinence est irréfutable : une comptabilité générale tenue à jour dans les règles de l’art.

 

Le manque de connaissances n'est pas une fatalité


La première difficulté, c’est que la comptabilité doit s’apprendre. Le jeu d’écriture en partie double, la notion de risques et d’engagements, l’approche du patrimoine par le bilan sont des notions complexes. Ne restez pas seuls, le déclic viendra avec une formation bien ciblée. Une comptabilité complète va, en effet, au-delà du simple constat issu du compte de résultat, qui exprime un bénéfice ou une perte, selon que l’entreprise a réalisé, ou pas, des ventes suffisantes pour couvrir les charges exposées.

 

La comptabilité : l'une des vitrines de votre entreprise

Lire la suite...

mardi, 10 novembre 2015

Complémentaire santé obligatoire : quel sort pour ceux qui n'en veulent pas?

Le 1er janvier 2016, tous les salariés auront dû se voir proposer une complémentaire santé par leur employeur, par ailleurs tenu d'en payer au moins 50%. Que risquent les salariés qui vont refuser la complémentaire santé ? Et les employeurs qui tenteront de se soustraire à cette obligation nouvelle? Quid des entreprises qui proposaient déjà une mutuelle à leurs salariés, avant que cela devienne obligatoire ? Conseil du DAF indépendant aux employeurs dont les salariés refuseraient la complémentaire.

COMPLEMENTAIRE_SANTE_2.png

Risque de prud’hommes et de pénalités URSSAF pour les employeurs récalcitrants

Beaucoup de patrons de TPE expliquent que leurs salariés refusent, tous, de souscrire à la complémentaire santé obligatoire. Peut-être ont-ils déjà une mutuelle à titre personnel ou en étant ayant-droit d’un conjoint ? Peut-être certains salariés ne voient pas l’intérêt de voir un prélèvement supplémentaire retenu sur leur salaire ?
A moins que ce soient les dirigeants de petites entreprises qui les persuadent de renoncer à ce droit ?

Dans tous les cas, la prudence s’impose car, en matière de droit social, le danger est partout et, en cas de litiges, les employeurs sont très régulièrement mis dans leurs torts. Mon conseil est de fournir, à tous les salariés, la notice du contrat d'assurance envisagé en leur faveur. Il s'agit de l'afficher, de leur remettre sur papier et/ou par courriel et de garder une preuve matérielle de cette remise d'information (remise de la documentation contre signature d'une feuille d'émargement). Plus tard, en cas de mise en cause, il sera ainsi aisé de prouver que chaque salarié avait reçu toute l'information nécessaire, de la part de son employeur.

C’est l’URSSAF qui montera au créneau pour redresser les torts des employeurs qui n’auront pas offert la possibilité à l’ensemble de leurs salariés de souscrire à la complémentaire santé co-financée par l’entreprise.

Les salariés qui s’estimeraient lésés par leur employeur, pour l'application de la complémentaire santé obligatoire, auront, eux, la possibilité de recourir aux prud’hommes pour faire valoir leurs droits.
Autant de raisons de lire cet article dans ses détails.

Lire la suite...

mardi, 27 octobre 2015

Quand votre petite entreprise grandit...


Qui n’avance pas, recule ! L# a majorité des indépendants et des auto entrepreneurs ont un seul rêve : grandir. Que leur petite idée devienne grande, qu’ils sortent de leur garage pour un atelier, de leur maison pour un beau bureau, de leur solitude pour travailler en équipe… Mais attention, la maîtrise de la croissance, c’est un vrai challenge!

croissance_TPE.png

ENVISAGER UN CHANGEMENT DE STATUT FISCAL ET SOCIAL

Pour grandir, il faut, peut-être, changer de statut : SA, SARL, EURL, SASU, EI, EIRL, autant d’acronymes qu’il vous faudra décoder, décortiquer, analyser pour être certain de faire le bon choix au bon moment avec le minimum de frais et un maximum de sécurité. Si vous voulez conserver une structure juridique simple à gérer, avec quelques salariés et un CA plus conséquent… votre raison vous guidera vers l’EI ou l’EIRL. Si vous désirer croître rapidement, embaucher plusieurs collaborateurs ou vous associer alors les autres statuts seront plus adaptés. N’oubliez pas au passage de considérer vos besoins présents ou à venir en matière de protection sociale, pour vous et les vôtres.

S’ASSOCIER ET/OU RECRUTER

Prendre un associé, recruter un salarié, employer un stagiaire ou payer un freelance ? Quels types de contrat proposer ? Il faut analyser d’une façon objective les besoins en ressources afin de ne pas se tromper sur la personne que l’on cherche.

Lire la suite...

mardi, 9 septembre 2014

5 trucs pour lutter contre la phobie administrative


La gestion administrative et comptable de votre petite entreprise n’est pas votre fort?
Voici quelques idées pour ne pas vous laisser envahir par le stress de la paperasserie.


Parmi tous ceux qui disent qu’ils n’ont pas le temps de traiter les documents administratifs qui les concernent, les dirigeants de TPE et de PME sont nombreux. Je vous donne quelques conseils de pro. Des idées faciles à mettre en oeuvre, de simples procédures administratives qui font la différence et vous mettront à la tête d'une entreprise agile.
Certes le choc de simplification administrative est tout relatif, donc voici comment venir à bout de la phobie administrative et gagner en efficacité professionnelle :

Lire la suite...