Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - flexibilité

Fil des billets

mardi, 11 octobre 2016

Comment affoler les services fiscaux - (Best of)

Billet publié pour la première fois le 24/07/2009

Dans mon métier de DAF freelance, j'ai très souvent l'occasion d'échanger avec les experts-comptables de mes clients.
Ces conversations sont toujours riches d'enseignements pour moi-même autant que pour nos clients communs. L'un des thèmes récurrents, (et pour cause, il concerne toutes les entreprises), tourne autour des bonnes pratiques à mettre en oeuvre pour jouer les bons élèves aux yeux de votre contrôleur des impôts.

Voici une petite synthèse de ce que vous ferez, en tant qu'entrepreneur responsable d'une TPE/PME, si vous voulez accueillir les services fiscaux dans votre entreprise plus vite qu'à votre tour ;) :
 

  • Soyez irrégulier ou en retard dans vos déclarations de TVA, et vos acomptes d'impôts. 
  • Publiez vos bilans en retard 
  • Ne répondez pas à une demande de renseignements
  • Faites faire du yo-yo à votre marge brute, d'une année sur l'autre 
  • Ne documentez pas les fortes variations des grandes masses de votre bilan, lorsque vous déclarez 
  • Pratiquez des modifications au cadre juridique et au périmètre de vos affaires 
  • Vendez un fonds de commerce et si vous le pouvez ... 
  • Déposez le bilan
Le fisc sera bientôt chez vous pour vous récompenser de vos bonnes manières.
Il va de soi qu'un contrôle société est systématiquement assorti d'un contrôle du dossier fiscal personnel des associés. Vous ferez donc d'une pierre, deux coups. Avec mes félicitations.
Mais si vous préférez adopter une gestion transparente qui ajoutera au crédit de vos entreprises, tant aux yeux du fisc que de vos clients, banquiers et fournisseurs, vous avez la possibilité de mettre en place des procédures administratives et comptables simples, efficaces et à la portée de tous les entrepreneurs, sans distinction de taille d'entreprise ou de forme juridique. C'est aussi le rôle d'un prestataire en direction administrative et financière en temps partagé (moi-même and myself ;) . Il vous accompagnera au jour le jour, en toute flexibilité.

samedi, 12 mai 2012

L'entrepreneur indépendant doit il singer les entreprises de plus grande taille ?

Comme d'habitude, pendant l'hiver, je me suis fait plus rare, ici. Les limites de la vie d'indépendant : quand saisonnalité oblige, vous n'êtes vraiment dans le partage qu'avec vos clients actifs. Les partenaires, prospects, et amis de l'entreprise se trouvent dès lors relégués au second plan et les outils de communication et d'échange, comme ce blog sont également délaissés.

freelance-prestataire-flexibilite

Négliger le temps du réseau, de la réflexion, de l'écoute d'autrui ... en un mot : l'isolement, ce n'est jamais bon. Dans l'entreprise idéale, la production, le commercial, la recherche et le développement, la communication, la comptabilité et j'en passe doivent être agiles 365 jours par an.
Dans le cas d'une TPE, voire d'une entreprise individuelle, ce serait être déraisonnable que d'espérer voir l'homme orchestre agir quotidiennement sur tous les fronts. Et pourtant, comme chaque année, je me dis, ce printemps, que, bien sûr, je n'aurais pas pu être physiquement ni intellectuellement investi partout, en période de pointe d'activité, mais que j'aurais pu écrire des billets d'avance, pour alimenter ce blog pendant que j'étais occupé ailleurs. J'avais aussi réfléchi, à l'automne dernier, à l'opportunité de me faire aider, pour la tenue de ce blog, et d'en confier la charge à un professionnel de la communication.

J'aurais pu le faire!

In fine, je ne vais pas renverser la table. Une ligne éditoriale sinueuse ;) et une présence en ligne, (site, blog et réseaux sociaux) animée par ma pomme. Un rendu en ligne qui donne une idée assez juste de ce que je propose, professionnellement et personnellement.

Suivre Adjuvamus sur Twitter
Devenir Fan de laPage Adjuvamus sur Facebook

jeudi, 10 novembre 2011

Le dilettantisme m’a tuer*

(*sic)

Le statut indépendant et le télétravail, c’est pratique ! C’est la liberté de temps, de lieu et d’action. C’est un mode de fonctionnement terriblement flexible et efficace, pour les professionnels qui le choisissent comme pour leurs clients. Gagnant-gagnant, donc … Sauf pour les prestataires qui succombent aux péchés de la mort qui tue. ;)

freelance-prestataire-flexibilite


«Procrastination »

« Je bosse quand je veux. »

Lire la suite...

lundi, 3 octobre 2011

Grandir et recruter ou s’épanouir en solo ?

La liberté est l’un des attraits de l’entrepreneuriat en solo.

S’installer comme commerçant ou consultant c’est dire adieu aux chefs stupides, aux collaborateurs intrigants et aux collègues manipulateurs. Cependant, ce tableau doit être nuancé : travailler en solo n’est pas une sinécure.

Après le salariat et l’exercice libéral, il y a, pour certains, la grande aventure entrepreneuriale : ils développent une entreprise et recrutent du personnel. Une idée séduisante, un but en soi pour tous ceux qui ont goûté à l’esprit d’entreprendre, d’abord comme freelance ? C’est à voir : entreprendre « en grand » de façon juste et dans le bon tempo exige de jongler avec un flot incessant de contraintes et d’imprévus à côté desquels les soucis de la vie d’indépendant ne sont rien.

La vie pendant l’amorçage de l’entreprise ou en cas de croissance rapide est si rude que, parfois, l’entrepreneur se dit qu’il ne se serait pas lancé "s’il avait su". Sans parler du risque d’échec entrepreneurial : plus on tombe de haut, plus cela fait mal.

entreprendre-en-solo-ou-recruter-des-employes

La finalité de chaque entreprise est de créer de la valeur. Et comme celui qui n’avance pas recule, il faudrait constamment grandir. Or, la course à la croissance pour « l’amour de la croissance » est un exercice périlleux. L’avenir est parfois mieux assuré à ceux qui choisissent la formule « small is beautifull » qu’à ceux qui s’aventurent dans une croissance mal maîtrisée.

Alors recruter ou rester indépendant ? Voyons le « pour », voyons le « contre » :

Lire la suite...

lundi, 18 juillet 2011

Email Made in Normandy

Chaque été, c’est le même refrain : le chef d’entreprise, l’entrepreneur ou le freelance ont-ils droit à des vacances ? J’étais hier avec un client, dirigeant d’une agence web qui monte.

vacances
Ce dernier rentrait d’une absence de trois semaines. Il avait fallu un prétexte sérieux pour le tenir si longtemps éloigné du cratère en ébullition de son entreprise, de son associé et d’une bonne douzaine de collaborateurs.

Lire la suite...

- page 1 de 2