Consultant formateur indépendant en gestion des entreprises, associations et syndicats professionnels.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - comptabilité

Fil des billets

lundi, 28 janvier 2019

Faites votre comptabilité d'abord pour vous

comptabilite.jpg
 


En tant que dirigeant, vous soignez l’image de votre entreprise ? La comptabilité vous y aide. Bien tenue, c’est un outil de gestion et de communication de premier ordre : son caractère normatif en fait une source d’informations irréfutables et une vitrine bien pratique pour qui veut inspirer confiance.
Quelles sont les raisons qui poussent certains entrepreneurs à se priver de chiffres objectifs pour le pilotage de l'entreprise ? 
On vous explique pourquoi même les organisations de taille modeste ont intérêt à prendre la comptabilité très au sérieux?


Le premier objectif de l’entrepreneur, c’est de développer une offre qui se vende et de s’assurer ensuite d’encaisser la recette. C’est particulièrement vrai pour les start-up, en phase d’amorçage.
Le jeu du développement commercial et de la croissance nécessite pourtant des mesures objectives, ne serait-ce que pour vérifier si l’objectif de marge ou de volume est respecté et pour anticiper le besoin de trésorerie nécessaire au cycle d’exploitation. Si chaque dirigeant peut avoir ses préférences pour le calcul et la présentation des indicateurs de gestion nécessaires au pilotage de l’entreprise, si chaque secteur d’activité a ses spécificités, il est un baromètre universel, dont la pertinence est irréfutable : une comptabilité générale tenue à jour dans les règles de l’art.

 

Le manque de connaissances n'est pas une fatalité


La première difficulté, c’est que la comptabilité doit s’apprendre. Le jeu d’écriture en partie double, la notion de risques et d’engagements, l’approche du patrimoine par le bilan sont des notions complexes. Ne restez pas seuls, le déclic viendra avec une formation bien ciblée. Une comptabilité complète va, en effet, au-delà du simple constat issu du compte de résultat, qui exprime un bénéfice ou une perte, selon que l’entreprise a réalisé, ou pas, des ventes suffisantes pour couvrir les charges exposées.

 

La comptabilité : l'une des vitrines de votre entreprise

Lire la suite...

mardi, 24 novembre 2015

La comptabilité est plus utile que vous ne le croyez

La comptabilité n’est pas une fin en soi. Mais elle est la traduction chiffrée des activités économiques. Le respect d’un certain formalisme comptable est certes obligatoire ; cependant, vos comptes, bien tenus, sont aussi une source riche d’informations utiles pour le pilotage de votre entreprise.

utilite_de_la_comptabilite.jpg

La comptabilité, une obligation légale.

Hormis, les auto-entrepreneurs contraints seulement à remplir un journal d'achats et de recettes, les entreprises sont obligées de tenir une comptabilité selon des règles officielles. Cette comptabilité n’est pas toujours soumise à un expert-comptable, notamment dans la plupart des PME, TPE, entreprises individuelles, activités freelance, chez les professions libérales…

Deux documents sont issus de la tenue de la comptabilité, dès lors que votre entreprise n’est pas en situation de produire une comptabilité simplifiée (du type recettes/dépenses); ces documents procèdent de la balance des comptes :

  1. le bilan (représentant le patrimoine de la société, actif/passif)
  2. le compte de résultat (reflétant l’activité économique de la société sur une période donnée) : un exercice dure généralement 12 mois.

La comptabilité contribue à l’égalité des entreprises devant l’impôt

La comptabilité est obligatoire et normalisée. Le respect de procédures comptables permet le calcul des taxes (TVA, CVAE, taxe d’apprentissage...) et des impôts (IS, IR) de manière systématique. Votre comptabilité peut être contrôlée par l’administration fiscale, dans un but de protection des contribuables : en effet, les erreurs et fraudes rompent l’équité qui prévaut en matière de taxes et impôts.

Lire la suite...

mardi, 17 novembre 2015

L'art des procédures en entreprise : guider sans étouffer la créativité.

procedures.png

Si vous pensiez que les procédures n’étaient adaptées qu’aux grandes entreprises… cet article va sûrement vous faire changer d’idée. Les indépendants, TPE et PME, tout comme les grands comptes ont besoin d’une gestion efficace afin notamment de renforcer leur crédibilité aux yeux des clients, des partenaires et du personnel. C'est le concept de l'entreprise agile, sur son coeur de métier, mais aussi dans les fonctions supports.

Qu’est-ce qu’une procédure administrative ?

Une procédure administrative permet la mise en œuvre d’un processus reproductible. Elle répond aux questions :

  • qui fait quoi ?
  • où ?
  • quand ?
  • comment ?
  • au bénéfice de qui ? ...

Vous classez vos factures fournisseurs par échéance de paiement ? vous rangez vos relevés bancaires par date ? alors vous êtes comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir… Vous avez bien mis en place des procédures administratives. Cette organisation contribue à ce que l’entreprise fonctionne de manière fluide.

Pourquoi mettre en place une procédure administrative ?

Lire la suite...

jeudi, 3 septembre 2015

Comment faire une réconciliation (ou rapprochement) bancaire ?

La réconciliation bancaire, ou rapprochement bancaire fait état de la concordance entre le solde du compte bancaire présenté dans la comptabilité à un instant « t » avec le relevé délivré périodiquement par la banque. Il s’établit donc par l’analyse des différences entre deux listes : celle enregistrée dans la comptabilité et celle fournie par le banquier. Pratiquement, c’est un exercice de discrimination visuelle.

Il arrive encore qu’on se serve d’un surligneur pour pointer, sur papier, les montants et identifier les différences. Cependant, les outils informatiques permettent maintenant aux comptables de « sortir » l’analyse des écarts composant le rapprochement des soldes directement de leur logiciel de comptabilité, une fois les écritures mises à jour.

rappro_bancaire3.jpg

Quelle que soit la méthode, la réconciliation des soldes bancaires est un point de vérification clé de la pertinence d’une comptabilité, puisqu’il permet de déceler d’éventuelles erreurs ou omissions de rentrées ou de sorties de cash.

Au-delà des anomalies, l’analyse des différences entre les opérations enregistrées à la banque et celles effectivement reportées dans la comptabilité permet de mettre en évidence des opérations prises en compte à des dates différentes dans l’entreprise et par la banque. A l’issue de l’analyse, c’est toujours le relevé bancaire qui fait foi. La comptabilité doit donc être corrigée de manière telle que toutes les transactions enregistrées sur le relevé de banque soient enregistrés dans les comptes.

Formation-compta-tpe, centre de formation en comptabilité des PME d'Adjuvamus Management Support a mis au point un modèle Excel permettant de réaliser facilement un rapprochement bancaire en bonne et due forme. Demandez-le nous.

lien_vers_fctpe.jpg

samedi, 25 juillet 2015

Les immobilisations – Qu’est-ce donc ?

Immobilisations_corporelles.gifPour les comptables, les immobilisations sont des biens durables, non-courants. Pour les « non-comptables », cela mérite quelques explications :

Un Actif est durable si sa durée d’utilisation est prévue comme supérieure à un an. Un Actif est déclaré courant, s’il varie en valeur et/ou en quantité, tout au long de l’année, au gré de l’activité de l’entreprise. Nous allons prendre des exemples :

  • Le four d’un restaurant est une immobilisation : son achat est un investissement qui sera exploité plus d’un an et ne fera l’objet de transactions commerciales qu’à titre exceptionnel, le restaurateur vend couramment des repas, et pas couramment des fours.
  • Les fours commercialisés dans un magasin d’électro-ménager ne sont pas des immobilisations. Ils font partie du stock de marchandises dont la vente est une activité courante et habituelle pour le magasin.

De même, un véhicule de société est une immobilisation, sauf si la société qui le détient est une concession automobile, pour laquelle les voitures sont des articles à vendre.

Pratiquement, lorsque l’entreprise acquiert un bien durable, et si sa valeur hors taxe atteint 500 euros, elle va comptabiliser cet achat en immobilisation, avec les conséquences comptables suivantes :

  • Ce bien (un immeuble, un ordinateur, un camion, …) fait alors partie du patrimoine de l’entreprise et figure à l’Actif du bilan.
  • Contrairement aux achats courants, les acquisitions d’immobilisations ne grèvent qu’indirectement les charges de l’entreprise. Celle-ci enregistrera chaque année une charge constatant l’usure théorique progressive de l’immobilisation, sous forme de dotation aux amortissements. Ainsi, un matériel informatique censé être utilisé trois ans par l’entreprise, fera l’objet d’une prise en charge d’un tiers de sa valeur, chaque année, au titre des amortissements. C’est au bout de 3 ans qu’il aura été complètement pris en charge (on dit qu’il est amorti sur 3 ans).

Nous consacrerons un autre article aux amortissements, pour lesquels plusieurs méthodes de calcul sont admises. Retenons simplement ici que les amortissements impactent le cash-flow (capacité d’autofinancement).
lien_vers_fctpe.jpg

Pour être complet, voici les différentes familles d’immobilisations qui peuvent être inscrites dans la comptabilité :

  1. Immobilisations Incorporelles : Frais d’établissement et de constitution de la société, fonds commercial, brevets, marques et licences. Ces biens non-tangibles font cependant partie durablement du patrimoine de l’entreprise.
  2. Immobilisations corporelles : Terrains, constructions, matériel de bureau, machines, matériel roulant.
  3. Le four et la voiture des exemples cités plus-haut font partie de ce type d’immobilisations bien tangibles.
  4. Immobilisations financières : Prêts accordés par l’entreprise, cautions versées par celle-ci, participations dans le capital d’autres entreprises en vue de les conserver à long-terme.

Enfin, les immobilisations peuvent bien-sûr être revendues, plus rarement réévaluées et in fine, mises au rebut. Cependant, le fait qu’un bien soit totalement amorti n’implique pas que ce bien doive être désaffecté : Mon ordinateur est dans sa quatrième année d’exploitation. Il a été totalement amorti sur 3 ans et donc, économiquement, ne vaut plus rien, dans le bilan d’Adjuvamus Management Support. Même les non-comptables comprendront que cet outil me soit encore précieux. ;) Faire durer est une stratégie d'entreprise. Renouveler les équipements par l'investissement en est une autre.

Lire aussi : Immobilisations : vos dépenses d’investissements comme source d'économies

La capacité d'autofinancement - qu'est-ce donc ?

Le bilan comptable - qu'est-ce donc ?

dimanche, 31 mai 2015

Capital social et Fonds Propres - Qu'est-ce donc ?

lien_vers_fctpe.jpg Le capital d'une société commerciale appartient aux actionnaires, qui l'ont mis à disposition de l'entreprise et sont donc les propriétaires ce celle-ci. Le montant des capitaux propres ou fonds propres permet d'évaluer la capacité de l’entreprise à faire face à des engagements financiers présents ou futurs, sans recourir à des sources de financement plus diversifiées.

La société qui dispose de fonds propres suffisants rassure son marché, les banques, son personnel quant à sa capacité à investir, payer ses échéances commerciales, sociales et fiscales. Prolongement logique de cette vérité, présenter un bilan comptable certifiant l’existence de fonds propres proportionnés à la situation actuelle et aux ambitions futures d'une société, c’est aussi offrir des garanties solides à un éventuel prêteur, quand l’emprunt est nécessaire pour financer le développement de l’entreprise. capital-social-et-fonds-propres A la constitution d’une société, le capital social est constitué des apports faits par les associés fondateurs. C’est avec cette mise initiale que l’entreprise va financer son amorçage, investir dans ses premiers moyens de productions, humains ou matériels et, le cas échéant, constituer un premier stock de produits ou matières.

Le capital social -que vous trouvez obligatoirement sur tout document commercial d'une société- correspond à la valeur nominale des actions, telle que reprise dans les statuts constitutifs de la société. Le capital d’une société est la composante initiale des fonds propres. Contrairement au capital social, pendant la vie de l’entreprise, les capitaux propres fluctuent. Leur variation s’étudie en comparant le passif des bilans comptables annuels successifs. Les circonstances occasionnant une variation des fonds propres que l’on rencontre le plus souvent sont les suivantes :

Augmentation des fonds propres :

  • apports directs : souscription au capital social de départ, augmentation de capital souscrite en numéraire, subventions d’investissement (si vous êtes chanceux)
  • apports indirects réalisés par les actionnaires : report à nouveau de bénéfices dont les actionnaires renoncent provisoirement à la distribution, primes payées par de nouveaux actionnaires pour acheter le droit de rentrer dans le capital en « prennant le train en marche », constitution de réserves à partir de bénéfices constatés que les actionnaires laissent à disposition de l’entreprise en prévision d’un futur moins favorable que le présent (définition simplifiée).

Diminution des fonds propres :

  • en cas de résultat négatif, imputation de pertes constatées sur les fonds propres de l'entreprise
  • consommation de capitaux mis en réserves ou en provision, en raison de la survenance de circonstances particulières.

Pour finir, retenons que toute opération visant à modifier la valeur du capital ou décider de l'affectation de résultats (bénéfices ou pertes) est logiquement soumise à décision de l'assemblée générale des actionnaires (propriétaires de l'entreprise) , en conformité avec des dispositions légales et/ou statutaires. Toutefois, le montant des capitaux propres étant en quelque sorte l'assurance sur laquelle les tiers qui ont des intérêts dans la société (banques, fournisseurs, fisc, URSSAF, personnel) comptent pour récupérer leur mise en cas de mauvaises performances, la loi prévoit des procédures spéciales lorsque les fonds propres d'une entreprise deviennent insuffisants, voire négatifs.

- page 1 de 6