Consultant formateur indépendant en gestion des entreprises, associations et syndicats professionnels.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - business plan

Fil des billets

mercredi, 7 février 2018

Le "truc" des financiers pour évaluer votre entreprise

Les financiers passent votre modèle économique au cribble avec quelques formules seulement. En tant que porteur de projet ou comme entrepreneur, vous vous devez de comprendre sur quels critères le banquier fonde sa confiance dans votre entreprise. Voici quelques conseils pour démystifier les ratios financiers et pour vous permettre de présenter un business plan cohérent, avec des arguments solides, basés sur des hypothèses chiffrées crédibles.

Eh oui, le point de vue du banquier peut s'appréhender en quelques heures, pourvu qu'on s'en donne les moyens. Petite leçon (gratuite) de finance pour non financiers.

Dans cette video, j'use d'une formule choc : je parle de crashes test, comme on en fait pour évaluer la solidité des voitures. Nous n'allons pas casser votre entreprise. Je prétends seulement vous aider à crédibiliser votre démarche entrepreneuriale et à établir des hypothèses de chiffre d'affaires, de trésorerie et de seuil de rentabilité crédibles.

Les financiers ont leurs outils. Ceux-ci ne sont pas si nombreux. Il s'agit de réfléchir à quelques formules, les équilbres économiques fondamenteux entre ventes, rendement et trésorerie nécessaire pour l'exploitation. Ayant réfléchi et combiné ces notions, vous avez déterminé les facteurs de succès de votre entreprise. Vous vous êtes préparé pour convaincre les partenaires-clés, les investisseurs et les employés-clé. Vous projetez une image réssurante, celle du dirigeant préparé au pilotage stratégique de son entreprise.

Etes-vous capable de gérer une entreprise ?

Lire la suite...

jeudi, 21 novembre 2013

Ce qu’un business plan ne doit pas être !

business-plan-création-entrepriseLe business plan, exigé par les banques et investisseurs, recommandé par les cellules d’accompagnement est parfois décrié par les créateurs d'entreprises. Mais les porteurs de projet ignorent parfois la vraie raison d'être de ce mémoire. Gaëtan Baudry, fondateur du site My-business-plan.fr nous explique ce qu'un business plan doit révéler, ainsi que les pièges à déjouer.

Un business plan ne prédit en rien l’avenir

En effet, 99% des objectifs inscrits dans un business plan ne sont jamais atteints.
Alors, pourquoi les investisseurs, les banquiers ou les organismes d’accompagnement le réclament-ils ? C'est simple : ils veulent avoir une idée du potentiel du projet.

L'élaboration du business plan permet au porteur de projet de se préparer en suivant un fil conducteur. Avec ce support, il pourra communiquer sur son projet et argumenter ses options. Les destinataires du business plan sont d'abord curieux d’en savoir plus… sur l’entrepreneur et son équipe.
Le business plan permet de comprendre beaucoup de choses sur la/les personne(s) gérant le projet :

  • Le porteur de projet est-il un entrepreneur ambitieux ?
  • A-t-il préparé sérieusement son projet
  • Connaît-il son marché ?
  • Ses hypothèses sont elles réalistes ?
  • Cherche-t-il à nous duper ?
  • Le positionnement de la start-up est-il bien défini ?
  • Le porteur de projet a-t-il une idée de la manière dont il pourra gagner de l’argent ?

Bref, le business plan est un outil très utile pour connaître le/les porteurs de projet. Un investisseur investit avant tout sur une personne plutôt que sur un projet. Les "capitaux risqueurs" savent pertinament que votre business plan ne se réalisera pas comme prévu. Ils cherchent une équipe qui saura s’adapter aux aleas de l'amorçage.

Un business plan ne se limite pas à des tableaux Excel

Les porteurs de projet passent du temps penchés sur les tableaux de chiffres, pour boucler leur business plan. Ils font tourner le tableur et cherchent à valider un business model rentable.
Parfois, ils accordent une trop grande importance au fichier Excel, la partie la plus « technique » du business plan, censée prouver noir sur blanc le professionnalisme de leur démarche.
Si la modélisation du projet est très importante, il faut garder en tête que la partie chiffrée n’est que la résultante du travail préliminaire à la rédaction du mémoire :

  • L’étude de marché
  • Le choix du positionnement
  • La stratégie

Passer du temps sur ces trois points-clés avant la rédaction vous fera gagner énormément de temps sur la modélisation financière de votre business plan. La justification des hypothèses vous semblera en effet toute naturelle.

Lorsqu'un entrepreneur éprouve des difficultés sur la partie financière, c'est d'abord parce qu'il manque de clarté sur la stratégie d'entreprise et le plan d’actions et/ou parce que son étude de marché n'est pas concluante. Justifier des chiffres trop approximatifs par l’absence de connaissances en comptabilité ou en gestion revient a dire que le projet n'est pas bien défini.

Le business plan est d'abord une présentation des porteurs de projets

Le business plan, ce n’est pas seulement le plan de votre business. C’est aussi et surtout une présentation : de vous ! En phase de création, l’équipe compte plus que le projet. Aussi, il faut consacrer du temps à valoriser les personnes :

  • Dans l’histoire du projet : Un projet est toujours la résultante de l’histoire d’une ou plusieurs personnes. Un business plan efficace raconte cette histoire. Un bon business plan est un business plan argumenté mais qui y ajoute une part de rêve et d’humanité. Le story-telling est important, si vous souhaitez lever des fonds.
  • Le business plan doit refléter la qualité de l’équipe. Un dossier peu structuré, mal mis en forme, long ou ennuyeux, et présentant des incohérences en dit long sur les porteurs de projet. Prouvez que vous êtes rigoureux, vendeur, créatif et que vous avez la volonté de réussir.
  • Dans la partie Ressources Humaines : décrivez la complémentarité de l’équipe, ses compétences et les futurs besoin en recrutement.

Un business plan n’est pas une encyclopédie

Il arrive que des entrepreneurs rédigent un grand nombre de page pour démontrer qu’ils ont beaucoup travaillé. C’est une erreur quasi éliminatoire. Même pour les projets techniques ou complexes, le business plan d'une entreprise agile comporte 20-25 pages, au maximum.

La capacité de l’entrepreneur à synthétiser son discours, à faire court et à dire beaucoup en peu de mots est une qualité professionnelle attendue dans l'exercice du business plan. Un entretien de ventes ne dure pas des heures ! Il en va de même pour vendre votre projet d'entreprise. Un business plan trop long ne sera pas lu.

L'auteur de cet article : Gaëtan Baudry accompagne les entrepreneurs dans la rédaction de leur business plan depuis plus de 5 ans. Après avoir aidé plus de 30 entrepreneurs à effectuer leur étude de marché et à déterminer quel était le réel besoin de leurs clients lors de son expérience en Junior Entreprise, il a travaillé 1 ans en finance avant de rejoindre les fondations Edmond de Rothschild pour développer le département entrepreneuriat social. Il crée, en 2012, Legal’Easy, société éditrice d"un site entièrement dédié à la thématique du business plan :www.my-business-plan.fr

vendredi, 20 septembre 2013

Business-plan : les clés pour convaincre

business-plan-porteur-de-projet

Les clés pour un business plan convaincant résident dans la méthode. Les porteurs de projet n’ont pas le droit à l’improvisation. Un business plan bien conçu est une affaire de spécialiste.

Quels éléments présenter et dans quel ordre le faire ?
Du texte, d’accord, mais avec quel degré de détail ? Des chiffres ? Oui mais quels sont ceux qui sont vraiment parlants ?

  • Comment s'y prendre pour démontrer une bonne maîtrise du cœur de métier et des risques encourus ?
  • Que révéler de l’étude de marché sur laquelle les prévisions de rentabilité sont étayées ?
  • Faut-il présenter des versions différentes du business plan et du pitch, selon le public ciblé ?
  • Pourquoi les porteurs de projets doivent-ils se mettre adroitement en valeur ?

La confiance dans le porteur de projet prime sur le projet lui-même

Les questions destinées à structurer la réflexion des futurs créateurs d’entreprise sont nombreuses. Or, le porteur de projet trouve aisément (et souvent gratuitement) sur internet des modèles de business plan; ceci peut laisser supposer que la rédaction d'un plan d'affaires est à la portée de toute personne capable de mener à son terme un téléchargement, puis de compléter des grilles préétablies. Cependant, remplir des fichiers Excel standard ne suffit pas à asseoir la crédibilité d’un projet d’entreprise. En effet, la personnalité des porteurs de projet prime toujours sur le modèle économique qu'ils présentent. D’abord et surtout, l’entourage de la future entreprise a besoin d’acquérir de la confiance dans la capacité des futurs entrepreneurs à assumer les responsabilités de chef d’entreprise. Ce n’est qu’une fois l’activité lancée, et de premiers résultats comptabilisés, que la question de la confiance dans la rentabilité du modèle économique sera réellement considérée par des tiers, forcément prudents.

L'accompagnement des porteurs de projets favorise "la cohérence Hommes-projet"

L’aide d’un conseil expérimenté (pourquoi pas un DAF freelance ;) ) permet aux porteurs de projets de bénéficier d’un avis neutre et bienveillant pour bâtir des hypothèses solides et séduisantes aux regard des investisseurs (ou tous ceux dont le soutien est requis, au début de l’aventure entrepreneuriale).

Bénéficier de l’aide d’un conseil extérieur c’est s’offrir la possibilité d’affiner, dans l’échange :

  • la définition précise du cœur de métier (ce que l’entreprise sera et ce qu’elle ne sera pas)
  • l’étude de marché (pour ne pas se leurrer sur les chiffres-clés)
  • le retour d’expérience du conseiller-parrain
  • la présentation des Hommes-clé
  • la stratégie d’amorçage et de la phase suivante(développement).

Ce n’est qu’après un temps d’échange et de maturation relativement long que les porteurs de projets pourront chiffrer leur business plan : chiffre d’affaires prévisionnel, seuil de rentabilité, financement du besoin en fonds de roulement. Autant dire que les prévisions se révèlent initialement peu fiables. Mais la raison d’être du business plan est d’abord (on le répète) de convaincre l’entourage des futurs créateurs d’entreprise que ceux-ci ont été capables de réfléchir à toutes les facettes d’un projet complexe et aléatoire. Il en ressort que, tant la partie rédactionnelle que les hypothèses chiffrées doivent avant tout présenter une cohérence en phase avec le discours et la personnalité des porteurs de projets.

Bon à savoir :

Certains dispositifs prévus pour le financement de la formation des dirigeants s'appliquent aussi aux porteurs de projets. Autant se renseigner sur les possibilités de financement de tout ou partie des frais liés à l'accompagnement du porteur de projet;