Thierry Goemans est consultant et formateur indépendant en gestion des organisations; il dirige Adjuvamus et Formation-Compta-Tout-pour-Entreprendre.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Business-plan : les clés pour convaincre

business-plan-porteur-de-projet

Les clés pour un business plan convaincant résident dans la méthode. Les porteurs de projet n’ont pas le droit à l’improvisation. Un business plan bien conçu est une affaire de spécialiste.

Quels éléments présenter et dans quel ordre le faire ?
Du texte, d’accord, mais avec quel degré de détail ? Des chiffres ? Oui mais quels sont ceux qui sont vraiment parlants ?

  • Comment s'y prendre pour démontrer une bonne maîtrise du cœur de métier et des risques encourus ?
  • Que révéler de l’étude de marché sur laquelle les prévisions de rentabilité sont étayées ?
  • Faut-il présenter des versions différentes du business plan et du pitch, selon le public ciblé ?
  • Pourquoi les porteurs de projets doivent-ils se mettre adroitement en valeur ?

La confiance dans le porteur de projet prime sur le projet lui-même

Les questions destinées à structurer la réflexion des futurs créateurs d’entreprise sont nombreuses. Or, le porteur de projet trouve aisément (et souvent gratuitement) sur internet des modèles de business plan; ceci peut laisser supposer que la rédaction d'un plan d'affaires est à la portée de toute personne capable de mener à son terme un téléchargement, puis de compléter des grilles préétablies. Cependant, remplir des fichiers Excel standard ne suffit pas à asseoir la crédibilité d’un projet d’entreprise. En effet, la personnalité des porteurs de projet prime toujours sur le modèle économique qu'ils présentent. D’abord et surtout, l’entourage de la future entreprise a besoin d’acquérir de la confiance dans la capacité des futurs entrepreneurs à assumer les responsabilités de chef d’entreprise. Ce n’est qu’une fois l’activité lancée, et de premiers résultats comptabilisés, que la question de la confiance dans la rentabilité du modèle économique sera réellement considérée par des tiers, forcément prudents.

L'accompagnement des porteurs de projets favorise "la cohérence Hommes-projet"

L’aide d’un conseil expérimenté (pourquoi pas un DAF freelance ;) ) permet aux porteurs de projets de bénéficier d’un avis neutre et bienveillant pour bâtir des hypothèses solides et séduisantes aux regard des investisseurs (ou tous ceux dont le soutien est requis, au début de l’aventure entrepreneuriale).

Bénéficier de l’aide d’un conseil extérieur c’est s’offrir la possibilité d’affiner, dans l’échange :

  • la définition précise du cœur de métier (ce que l’entreprise sera et ce qu’elle ne sera pas)
  • l’étude de marché (pour ne pas se leurrer sur les chiffres-clés)
  • le retour d’expérience du conseiller-parrain
  • la présentation des Hommes-clé
  • la stratégie d’amorçage et de la phase suivante(développement).

Ce n’est qu’après un temps d’échange et de maturation relativement long que les porteurs de projets pourront chiffrer leur business plan : chiffre d’affaires prévisionnel, seuil de rentabilité, financement du besoin en fonds de roulement. Autant dire que les prévisions se révèlent initialement peu fiables. Mais la raison d’être du business plan est d’abord (on le répète) de convaincre l’entourage des futurs créateurs d’entreprise que ceux-ci ont été capables de réfléchir à toutes les facettes d’un projet complexe et aléatoire. Il en ressort que, tant la partie rédactionnelle que les hypothèses chiffrées doivent avant tout présenter une cohérence en phase avec le discours et la personnalité des porteurs de projets.

Bon à savoir :

Certains dispositifs prévus pour le financement de la formation des dirigeants s'appliquent aussi aux porteurs de projets. Autant se renseigner sur les possibilités de financement de tout ou partie des frais liés à l'accompagnement du porteur de projet;