Dans quelques jours, ce sera la « trêve des confiseurs ». Avec les fêtes vient le temps du rassemblement et l’exercice convenu des vœux. Fin décembre, dans les réseaux professionnels, comme ailleurs (photos ;) ), « tout le monde il est beau, tout le monde, il est gentil ».

entente forcée

J’ai appris à être plutôt à l’aise dans ces circonstances-là et je sacrifierai à la tradition des souhaits avec plus de sincérité que d'autres (c'est moi qui le dit ;) ).

Eh oui! Pour faire des affaires, il faut avoir l'esprit réseau. Et c'est pas commode d'être à la mode. Il faut en supporter, des pas aimables, des trop aimables, des qui veulent bien mais qui peuvent point, des qui peuvent bien mais ne veulent point, des qui calculent tout, des qui calculent rien, des terre-à-terre, des qui osent trop, des qui n’osent pas, des fouille-caca, des psychopathes qui ont réussi, des loosers chroniques, des porteurs de projet-foireux, des qui n’ont pas le sous mais qui veulent tout, des cons qui ont tout mais qui sont grippe-sou, des qui ont la folie des grandeurs,...
Plus tous les autres qui n’ont rien de tout ça mais qu’on aime pas, sans savoir pourquoi.
Bon, heureusement et surtout, il y a aussi une foule de personnes pétries de qualités. Mais comme celles-là, on les jalouse et on les envie... finalement personne n'aime personne. ;)

Oui ma bonne dame, aujourd'hui, tout le monde "s'aime" d'un clic mais c'est du toc ! De l'amour vache. Alors bien sûr, il arrive qu’en fin de semestre, le travailleur méthodique (vous et moi ;) ) ait envie d'envoyer son petit monde tourner en orbite terrestre(1) au lieu de claquer des bises à la volée, pendant une tournée chocolat – champagne.

Perso, je ne finirai pas l’année en mégotant : ma tournée de vœux sera sincère et sans arrière-pensée.

réseau d'influence

Voyons :

  1. l'écrasante majorité des grincheux évoqués plus haut est de bonne foi et plutôt honnête.
  2. si les fâcheux pouvaient voler, je serais sans doute déjà satellisé
  3. l'hypocrisie est moins présente dans l'entreprise qu'ailleurs (photos).

vie des affaires

Alors que vous vous sentiez proche de la classification des contacts que j'ai proposé ci-dessus, ou non, je vous dit joyeusement : bonne fin d'année, et au plaisir de vous rencontrer prochainement.

(1) Allusion à Michel Audiard "Si tous les cons volaient, il y aurait moins me monde dans les rues"