Consultant formateur indépendant en gestion des entreprises, associations et syndicats professionnels.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Gestion - entreprise agile

conseils pratiques pour la gestion des entreprises

Fil des billets

mercredi, 7 février 2018

Le "truc" des financiers pour évaluer votre entreprise

Les financiers passent votre modèle économique au cribble avec quelques formules seulement. En tant que porteur de projet ou comme entrepreneur, vous vous devez de comprendre sur quels critères le banquier fonde sa confiance dans votre entreprise. Voici quelques conseils pour démystifier les ratios financiers et pour vous permettre de présenter un business plan cohérent, avec des arguments solides, basés sur des hypothèses chiffrées crédibles.

Eh oui, le point de vue du banquier peut s'appréhender en quelques heures, pourvu qu'on s'en donne les moyens. Petite leçon (gratuite) de finance pour non financiers.

Dans cette video, j'use d'une formule choc : je parle de crashes test, comme on en fait pour évaluer la solidité des voitures. Nous n'allons pas casser votre entreprise. Je prétends seulement vous aider à crédibiliser votre démarche entrepreneuriale et à établir des hypothèses de chiffre d'affaires, de trésorerie et de seuil de rentabilité crédibles.

Les financiers ont leurs outils. Ceux-ci ne sont pas si nombreux. Il s'agit de réfléchir à quelques formules, les équilbres économiques fondamenteux entre ventes, rendement et trésorerie nécessaire pour l'exploitation. Ayant réfléchi et combiné ces notions, vous avez déterminé les facteurs de succès de votre entreprise. Vous vous êtes préparé pour convaincre les partenaires-clés, les investisseurs et les employés-clé. Vous projetez une image réssurante, celle du dirigeant préparé au pilotage stratégique de son entreprise.

Etes-vous capable de gérer une entreprise ?

Lire la suite...

lundi, 29 janvier 2018

Etablir un budget de chiffre d'affaires

Définir un budget de chiffre d’affaires est un must-do de l'entreprise agile. Comment faire pour ne pas passer pour un apprenti-sorcier ? Sur quelles données se baser pour faire le prévisionnel des ventes ? Quelles méthodes permettent une prévision des ventes crédible et comment l'argumenter devant ceux qui vous accompagnent dans le pilotage de l'entreprise ?budget_chiffre_d_affaires.jpg

Pourquoi bien estimer son chiffre d’affaire ?

Une prévision pertinente des ventes aujourd’hui c’est :

  • bâtir des hypothèses qui montrent que vous maîtrisez les variables économiques de votre business
  • pouvoir adapter votre stratégie de pilotage de l'entreprise aux contraintes du moment
  • évaluer le seuil de rentabilité de votre modèle d’affaires.

Je vous donne quelques pistes pour établir un budget des ventes avec méthode :

Lire la suite...

jeudi, 14 décembre 2017

Bons cadeaux aux salariés : exonération de charges sociales

bons_cadeaux_aux_salaries.jpg

 

C'est la saison des cadeaux : faites plaisir à vos salariés pour les fêtes : si vous respectez quelques conditions, la valeur de ces cadeaux sera exonérée des cotisations sociales. Dans le cas contraire, les cadeaux des entreprises à leurs salariés sont considérés comme des compléments de salaires, et donc assujettis aux cotisations, URSSAF et autres.
On vous explique comment bénéficier de la tolérance de l'URSSAF concernant les cadeaux, que ceux-ci soient délivrés par le comité d'entreprise ou directement par l'employeur.

Bons et cadeaux ou présents en nature, les entreprises offrent quelquefois des cadeaux à leurs salariés : les fêtes de fin d'année, la rentrée scolaire, une naissance sont des exemples de circonstances dans lesquelles l'employeur peut fair un cadeau à un ou des salariés.

Ces cadeaux, remis par l'employeur lui-même ou par le truchement du comité d’entreprise, sont, vus par la Loi, comme des compléments de rémunération.

L’assujettissement des cadeaux aux salariés aux cotisations sociales est la règle

Heureusement, lorsque le montant du cadeau est jugé raisonnable, l’URSSAF accorde, par tolérance, une exonération, tant pour la part patronale que salariale des cotisations.

Nous allons vous dire dans quelles circonstances l'exonération est accordée, qu'il s'agisse de cadeaux en nature ou de bons d'achats.

Lire la suite...

mardi, 27 juin 2017

Les coûts cachés de l'impayé client

chasse_au_mauvais_payeur.jpgSavez-vous calculer le coût réel supporté par votre entreprise lorsqu’une vente se solde par un impayé ? L’impact d’un sinistre client va au-delà du montant de la facture impayée. Une courte démonstration suffit pour expliquer les ravages causés par les créances commerciales impayées et l'importance d'une politique de crédit clients raisonnée.

Calculer le coût d’un impayé clients

On parle de sinistre clients dès qu’une créance commerciale est déclarée irrécouvrable. Quand une facture n’est pas encaissée, la recette attendue va manquer dans la trésorerie du vendeur. Cette situation est évitable quand une politique de crédit clients permet de mesurer la prise de risque.

Au-delà de l’impact négatif sur les liquidités, le montant de l’impayé avéré constitue une charge pour l’entreprise qui subit le sinistre. Cette charge pour créance devenue irrécouvrable plombe le résultat du vendeur. Et l’impact négatif des créances commerciales irrécouvrables ne s’arrête pas à la seule valeur nominale des factures clients non soldées. Autant de raisons d'investir dans le "credit management"

Sinistres clients : un surcoût proportionnel à la rentabilité

Le coût du risque correspond à la différence entre les créances exigibles et les sommes effectivement recouvrées, mais aussi à l’effort commercial nécessaire pour combler la perte qui grève le résultat du vendeur.

Exemple : une entreprise qui subit un sinistre clients de 3000€ et dont la rentabilité est de 10% va devoir faire 30 000€ de ventes supplémentaires pour compenser le manque à gagner que représente la recette irrécouvrable pour l’entreprise. (Avec une rentabilité de 10%, il faut 30 000€ de chiffre d’affaires pour engranger les 3 000 euros de bénéfices nécessaires pour compenser la perte consécutive au sinistre).

Lire la suite...

jeudi, 22 juin 2017

Achats publics : marchés à procédure adaptée (MAPA)

MP3.jpg
L'attribution des marchés publics tend à être simplifiée, notamment pour les marchés dont la valeur estimée reste raisonnable. La procédure des marchés à procédure adaptée présente l'avantage d'être suffisamment stricte pour assurer l'expression d'une libre concurrence tout en limitant la complexité des démarches à accomplir. Ainsi les petites entreprises peuvent courir leur chance de remporter certains marchés de la commande publique. Quels sont donc les marchés concernés par la procédure MAPA ?

La procédure MAPA s'applique aux marchés « intermédiaires », c'est à dire les achats publics dont la valeur estimée est incluse entre (HT) un montant de 25 000 € et un seuil d'application de la procédure formelle des marchés publics.

L’émission d’un cahier des charges et la standardisation des dossiers de réponse est adaptée à l’importance relative des marchés dits « MAPA », ce qui rend la commande publique plus accessibles aux TPE et PME, tout en organisant une saine concurrence.

Thierry Goemans anime chaque trimestre un stage sur le thème "Répondre à un appel d'offre de marché public à procédure adaptée", soit le type de marché public réellement accessible aux petites entreprises. Demandez-nous des renseignements ou contactez le Pôle Formation de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat des Yvelines qui organise la journée.

Un marché public à procédure adaptée, c'est quoi ?

En dessous du seuil qui oblige l'acheteur public à mettre en place une procédure formelle de marché, celui-ci choisit librement les modalités de publicité et de mise en concurrence, qui sont alors définies dans, soit :

  • l'avis de publicité, ou bien,

Lire la suite...

jeudi, 9 mars 2017

Les entrepreneurs n'ont jamais de problèmes

La vie d'entrepreneur, de travailleur indépendant ou de chef d'entreprise est une tentation largement répandue chez tous ceux, jeunes ou moins jeunes, qui désirent prendre leur destinée en main, dans un monde où les incertitudes nombreuses génèrent bien des angoisses. Cesser le suivisme obligé du salarié pour passer à l'action et devenir maître de ses succès et responsable de ses échecs ? Créer ou reprendre une entreprise est une aventure passionnante, pour ceux qui sont prêts à en assumer toutes les conséquences. L'entreprise est une maîtresse exigeante! Autant bien se préparer, car, une fois jeté à l'eau, il va falloir nager... par tous les temps.

J’ai classé les erreurs qui viennent fréquemment freiner l’amorçage des jeunes entreprises en cinq catégories :

Erreurs de jeunes dirigeants d'entreprises

1. Associés : gare au casting manqué

  • Je m'associe avec un ami enthousiaste. Une fois au pied du mur, celui-ci ne sais ou ne peux rien faire.
  • On s'associe entre clones plutôt qu’avec des personnes dont les compétences se complètent.

Dans le premier cas, l'association va tourner court car les critères qui l'ont motivée n'étaient pas les bons, dans le second cas, l'absence de diversité prive l'entreprise de la vision complémentaire que peuvent s'apporter des actionnaires issus d'univers variés.

2. Tout créateur a gardé sa naïveté infantile

Lire la suite...

- page 1 de 17