Consultant formateur indépendant en gestion des entreprises, associations et syndicats professionnels.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Formation comptabilité

Fil des billets

jeudi, 19 janvier 2017

Le trésorier de votre comité d’entreprise est-il à la hauteur ?

Formartion_CE_2017.png
La loi du 5 mars 2014 portant sur la transparence de la comptabilité du comité d’entreprise oblige les trésoriers de CE a établir, à chaque fin d’année, les comptes du comité d’entreprise selon des normes comptables proches de celles qui s’appliquent aux sociétés commerciales. En cas de doute sur leur capacité à assumer ces responsabilités de gestion, le trésorier de CE, (et pourquoi par le secrétaire) peut suivre une formation dans le cadre de son mandat.

Tant les élus que les employeurs qui participent à la gestion d’un comité d’entreprise assument des responsabilités financières et comptables beaucoup plus importantes que par le passé. Si le principe de gestion collégiale du CE subsiste, c’est surtout l’obligation de désigner un trésorier qui a changé la donne. Et c’est sur les épaules du trésorier que repose la lourde responsabilité d’établir les comptes du CE.

Naturellement, s'agissant d'un organe indépendant de l'entreprise elle-même, il n’est pas question que la comptabilité du CE soit tenue par le service comptable subordonné à l'employeur, ni bien sûr que l’expert-comptable de l’entreprise soit associé à la supervision comptable des livres du comité d’entreprise.

Tout CE doit faire avec ses propres moyens! C’est donc à l'élu désigné comme trésorier de jouer le rôle du comptable du comité d’entreprise. Or, on l’a dit, les CE doivent maintenant tenir des comptes selon des normes et techniques quasi identiques à celles imposées aux entreprises elles-mêmes. A cette différence près que rares sont, parmi les élus, les personnes qui disposent de compétences comptables avérées. La solution passe alors par la formation du trésorier et d’un ou plusieurs élus, qui seront alors plus à même d’assumer ces responsabilités.

Lire la suite...

lundi, 8 février 2016

Comptes des comités d'entreprises : pour la formation des trésoriers et les élus

image_blog_formation_ce.jpg
Les comités d’entreprise sont, depuis le 1er janvier 2015, obligés d’élire un trésorier et d’adapter leur règlement intérieur, afin de garantir la transparence de leur comptabilité. En réponse à ces nouvelles obligations concernant la comptabilité des CE, une formation, avec pour objectif de mettre les élus au courant de la Loi du 5 mars 2014 concernant la transparence financière des comités d'entreprise devrait être envisagée systématiquement. En effet, de nouvelles règles, strictes, s'imposent tant aux élus qu'aux employeurs, qui président les CE.

Si, jusqu’à présent, en fin d’année, une majorité des comités d’entreprise tenaient leur comptabilité et leur rapport de gestion selon des règles plutôt souples, la loi du 5 mars 2014 impose la professionnalisation de ces documents. Le but étant de garantir la transparence financière des CE.

Cette loi met fin au principe de gouvernance des CE basé sur le seul droit du travail : ce mode de gestion est désormais "hors la loi". La législation nouvelle touche tous les CE sans distinction d’importance, ce qui nécessite une adaptation même de la part des plus petits comités d’entreprises.

Le renforcement des responsabilités des élus dans la gestion de la comptabilité imposera souvent une formation pour les trésoriers : désormais, on ne s'improvise plus comptable du comité d'entreprise. Le but recherché dans la formation des trésoriers de CE » sera donc,

  • dans un premier temps, de permettre aux élus d’assurer la conformité de la comptabilité de leur CE avec la loi, dès la clôture des comptes de 2015 (il est grand temps)
  • et dans un second temps, de se prémunir d’éventuels recours.

Lire la suite...

vendredi, 8 janvier 2016

1er bon plan de 2016 : Les formations de la Chambre des Métiers

en_tete_email_2016b.jpg
Je vous recommande le catalogue formation 2016 des Chambres des Métiers et de l'Artisanat, qui fêtent leurs 90 ans cette année.


Depuis l'an dernier, j'anime, à la CMA-78, de nombreuses formations sur les thèmes de la comptabilité, de la gestion et de la stratégie financière des TPE.

Suite aux nombreux témoignages de satisfaction qui m'ont été adressés, tant pour mon propre enseignement que pour les stages organisés par le Pôle Formation dans d'autres disciplines, je n'hésite pas à vous contacter personnellement pour vous transmettre le catalogue 2016 des formations qui auront lieu à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat à Versailles.

Les programmes sont conçus spécifiquement pour les artisans et autres indépendants et pour tous les responsables d'entreprises à taille humaine, en recherche d'efficacité et de conseils pratiques.

planing_cma_1s16d.png

Lire la suite...

mardi, 8 décembre 2015

Financement de la formation pour les auto-entrepreneurs

financement_formation_AE.pngLorsque vous remplissez votre déclaration de chiffre d’affaires, chaque trimestre, sur le portail des auto-entrepreneurs, vous avez peut-être remarqué cette ligne : formation professionnelle. Vous avez pesté en vous disant que vous payiez encore une charge (la CFP) qui ne vous apporterait rien en retour ? Détrompez-vous ! Les auto-entrepreneurs ont des droits à la formation.

Un droit à la formation limité dans le temps…

Ce droit à la formation est un droit acquis grâce à vos cotisations sociales. Depuis 2011, les AE sont assujettis à la Contribution pour la Formation Professionnelle (CFP). Vos droits sont rapellés sur l’attestation de cotisation formation professionnelle reçue chaque année (si ce n’est pas le cas, il suffit de la réclamer auprès de l’URSSAF ou du RSI, voire de la récupérer sur leur site internet).

Attention : le droit à la formation pour les auto-entrepreneurs est valable annuellement. Il n’est ni cumulable ni reportable d’année en année. En clair, vous devez épuiser chaque année votre budget formation, sans possibilité de cumuler des crédits d'heures dans le but d’entreprendre un cursus important au bout de quelques années.

Le droit à la formation n'est pas proportionnel au chiffre d'affaires de l'auto-entreprise.

Chaque auto-entrepreneur peut se faire financer un à deux jours de formation par an (500 à 1250 €), en contrepartie de cotisations relativement faibles (vos cotisation consacrées au financement de la formation correspondent à seulement 0,10 à 0,30 % du chiffres d’affaires des AE). C'est peut-être un peu tard pour cette année, mais le temps des bonnes résolutions pour 2016 approche.

Lire la suite...

vendredi, 18 septembre 2015

Formation Flash pour le trésorier du Comité d’Entreprise.


Depuis le 1er janvier 2015, tous les Comités d’Entreprises ont de nouvelles obligations en matière de publication de leur comptabilité. Dans ce cadre, obligation est faite à tous les CE d’élire un trésorier et de formaliser leur règlement intérieur.
Adjuvamus propose une formation consacrée à la loi du 5 mars 2014 portant sur la transparence de la comptabilité des comités d’entreprises.
L’objectif de ce stage d'une journée est de permettre aux élus et aux employeurs de se conformer à leurs nouvelles obligations et de permettre aux trésoriers et aux secrétaires d'assumer sereinement les nouvelles responsabilités que la Loi leur fait endosser.




Par la loi du 5 mars 2014 portant sur la transparence financière des comités d’entreprise, le législateur oblige les comités d’entreprise à professionnaliser leur gestion.
Cette formation "trésorier de CE" est destinée à assurer la conformité des comptabilités de CE dès l'exercice 2015 mais aussi à permettre aux élus de se prémunir d'éventuels recours, puisque leurs responsabilités de gestion sont beaucoup plus importantes qu'auparavant.

Jusqu’ici, beaucoup de CE tenaient leur comptabilité selon des règles informelles. Il en allait de même pour le rapport de gestion diffusé en fin d'année.
Le droit du travail était prépondérant dans les principes de gouvernance des comités d'entreprise.
Ce mode de gestion est désormais illégal. Même les petits CE vont devoir s'adapter, puisque certaines obligations touchent tous les CE, indépendamment de leur importance.

Nouvelle règlementation pour la comptabilité des comités d'entreprise :

Le but de la loi sur la transparence financière est de demander aux CE de publier des comptes annuels et un rapport de gestion, et d'adopter des procédures de contrôle interne dans des formes proches de celles applicables aux sociétés commerciales.
Désormais l'Autorité des Normes Comptables impose des règles beaucoup plus strictes que par le passé.
Certaines règles s'appliquent à tous les CE, d'autres sont en vigueur dans les grands comité d'entreprise. La loi prévoit aussi une catégorie médiane : les CE de taille intermédiaire.

Depuis le 1er janvier 2015, tous les comités d’entreprise doivent :

  1. Elire un trésorier, en plus du secrétaire,
  2. Etablir un règlement intérieur, ou adapter celui-ci aux nouvelles obligations légales.

Par ailleurs, tous les CE dont les ressources annuelles atteignent 153 000 euros devront présenter, entre autres documents normalisés :

Lire la suite...

jeudi, 3 septembre 2015

Comment faire une réconciliation (ou rapprochement) bancaire ?

La réconciliation bancaire, ou rapprochement bancaire fait état de la concordance entre le solde du compte bancaire présenté dans la comptabilité à un instant « t » avec le relevé délivré périodiquement par la banque. Il s’établit donc par l’analyse des différences entre deux listes : celle enregistrée dans la comptabilité et celle fournie par le banquier. Pratiquement, c’est un exercice de discrimination visuelle.

Il arrive encore qu’on se serve d’un surligneur pour pointer, sur papier, les montants et identifier les différences. Cependant, les outils informatiques permettent maintenant aux comptables de « sortir » l’analyse des écarts composant le rapprochement des soldes directement de leur logiciel de comptabilité, une fois les écritures mises à jour.

rappro_bancaire3.jpg

Quelle que soit la méthode, la réconciliation des soldes bancaires est un point de vérification clé de la pertinence d’une comptabilité, puisqu’il permet de déceler d’éventuelles erreurs ou omissions de rentrées ou de sorties de cash.

Au-delà des anomalies, l’analyse des différences entre les opérations enregistrées à la banque et celles effectivement reportées dans la comptabilité permet de mettre en évidence des opérations prises en compte à des dates différentes dans l’entreprise et par la banque. A l’issue de l’analyse, c’est toujours le relevé bancaire qui fait foi. La comptabilité doit donc être corrigée de manière telle que toutes les transactions enregistrées sur le relevé de banque soient enregistrés dans les comptes.

Formation-compta-tpe, centre de formation en comptabilité des PME d'Adjuvamus Management Support a mis au point un modèle Excel permettant de réaliser facilement un rapprochement bancaire en bonne et due forme. Demandez-le nous.

lien_vers_fctpe.jpg

- page 1 de 5