Directeur administratif et financier freelance & formateur en gestion des entreprises, associations et syndicats professionnels.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 24 février 2017

Pilotez votre entreprise grâce au tableau de bord

KPI_CRM.jpg
Les décisions de gestion stratégique doivent être prises sur la base de données objectives. Pour pouvoir vérifier la bonne marche de vos affaires et prendre les décisions de gestion adaptées à la situation, vous devez pouvoir compter sur des indicateurs fiables, issus d’informations de masse vérifiées et complètes. L’ensemble des indicateurs-clés facilitant le pilotage de votre entreprise composent son tableau de bord.

Comme dans une voiture, le pilote de l’entreprise doit pouvoir se fier à son tableau de bord pour vérifier si son entreprise tient le cap prévu (le fameux prévisionnel ou budget), ou si des actions correctrices doivent être envisagées pour revenir sur la trajectoire idéale.

Réglage du tableau de bord

Il n’y a rien de pire qu’un tableau de bord qui présente des informations erronées. Aussi, s’il n’y avait qu’un conseil à donner, c’est de ne pas fixer la stratégie de l’entreprise en suivant des indicateurs qui ne seraient pas basés sur des données de masse vérifiées, par l’exercice du contrôle interne. Le contrôle interne permet de vérifier si les flux d’informations (chiffrés et autres) enregistrés correspondent bien à la réalité du vécu de l’entreprise, sans erreurs d’imputations ni omissions.

En tant que conseils de dirigeants, lorsque la procédure d’élaboration et de mise à jour du tableau de bord d’une entreprise ne paraît pas absolument limpide, je préfère “piloter à vue”. Comme dans la conduite d’un véhicule le pilotage à vue est difficile lorsque l’environnement est perturbé, mais je préfère avancer doucement que de foncer en suivant aveuglément des indicateurs dont l’étalonnage n’est pas garanti.

Quels indicateurs-clé suivre ?

Lire la suite...

jeudi, 9 février 2017

J’ai créé mon compte personnel d’activité

CPA1.png
Dans le jargon de la formation continue, le compte personnel d’activité (CPA) a pour but de sécuriser les parcours professionnels. Le CPA regroupe, sur un compte en ligne, des outils destinés à la gestion de l’évolution de votre carrière.Se former, ou réaliser un bilan de compétences, bien sûr. Mais savez-vous que votre crédit d’heure peut aussi déboucher sur un accompagnement en cas de création d’entreprise ?

Oui, j’ai créé mon compte sur moncompteactivité.gouv.fr! Je veux faire passer le message que le CPA concerne tout le monde, salariés, fonctionnaires, demandeurs d’emplois ou indépendants.

La vocation du CPA est de réunir toutes les informations utiles au suivi de la carrière d’une personne. Le législateur a prévu de développer à l’avenir de nombreux services pratiques. Parmi ceux-ci, la constitution d’un coffre-fort numérique, contenant les bulletins de paie, dont la dématérialisation va se généraliser en 2018 est une bonne idée.

Ouvrir cet article sur note site www.formation-compta-tpe.fr, où il a été publié en premier.

La communication officielle autour du lancement du compte personnel d’activité, qui est entré en service le 1er janvier 2017 présente le CPA comme une « démarche citoyenne ». Il s’agit d’inciter chacun à “valoriser son engagement” pour obtenir des droits à la formation en étant acteur de son propre parcours.

En complétant, comme je l’ai fait, votre profil et vos projets sur le site moncompteactivité.gouv.fr vous faites acte d’engagement citoyen.

De beaux mots, donc ! En fait, il s’agit de vous positionner pour maximiser vos chances de sécuriser votre carrière professionnelle en jouant le jeu de la formation professionnelle continue. Une piste à prendre au sérieux pour ne pas rester sur la touche, un jour, par manque d’adéquation entre vos compétences et les débouchés disponibles pour vous maintenir en activité.

Le CPA pour capitaliser des heures de formation

Lire la suite...

jeudi, 2 février 2017

Régimes sociaux des dirigeants d'entreprises

Regime_social_des_dirigeants.pngLes dirigeants d'entreprises ont un régime social spécifique. Celui-ci est différent du statut social attaché à la personne des salariés ou des agents du service public. Le statut social du dirigeant d’entreprise dépend de la forme juridique de la structure qu’il dirige et de l’importance de sa participation éventuelle dans le capital. Quels sont les choix possibles pour les dirigeants ? Droit au chômage, cotisations maladie, caisses de retraite, qui à droit à quoi, en tant que dirigeant d’entreprise ?

En cas de création d’entreprise, le choix du régime social des dirigeants devrait être étudié avant la détermination de la forme juridique retenue pour l’entreprise elle-même. Dans les sociétés de personnes, le dirigeant est désigné sous le vocable de gérant, dans les sociétés de capitaux, le mandataire social est en général désigné comme président ou PDG. Faisons le tour des statuts sociaux qui s’appliquent aux dirigeants d’entreprises ?

Dirigeants assimilés-salariés

Le statut « assimilé-salarié » concerne les dirigeants d’entreprises qui cotisent aux mêmes caisses sociales que s’ils étaient salariés de leur entreprise (la subordination à un supérieur déterminant le statut de salarié). Comme les salariés, les dirigeants assimilés salariés sont rattachés au régime général de la sécurité sociale. Ils cotisent aux mêmes taux que s’ils étaient salariés de leur entreprise, à quelques importantes nuances près...

Pas de cotisations à Pôle Emploi en l’absence de subordination

Lire la suite...

mardi, 31 janvier 2017

Loi de finance pour 2017 : déduction fiscale de la TVA sur l'essence

tva_sur_essence.jpg
Avant 2017, les règles fiscales sur la déductibilité fiscale de la TVA grévant les frais de carburant prévoyait que la TVA sur l'essence n'était jamais déductible, qu'elle ait été consommée par un véhicule de tourisme ou par un véhicule utilitaire. La loi de finance prévoit de rendre la TVA sur l'essence partiellement déductible. Le taux de déductibilité augmentera progressivement jusqu'en 2021.

Essence : ce qui change en 2017

A partir du 1er janvier 2017, les professionnels et les sociétés commerciales peuvent déduire 10 % du montant de la TVA sur l'essence quand ce carburant a été consommé par une voiture de tourisme utilisée dans le cadre de l'activité.

2017 constitue une première étape concernant la révision progressive de la déductibilité partielle de la TVA sur l'essence utilisée par les véhicules de tourisme des entreprises. La part déductible de la TVA sur l'essence passera en effet à :

  • à 20 % en 2018,
  • à 40 % en 2019,
  • à 60 % en 2020,
  • à 80 % en 2021.

Et concernant les véhicules utilitaires ?

Le carburant utilisé par les véhicules utilitaires bénéficient déjà, par les anciens textes, de droits à déduction du carburant qu'ils consomment, si ce n'est pas de l'essence.

Pour ces engins, s'ils fonctionnent à l'essence, la TVA sur ce carburant n'est toujours pas déductible au cours de l'exercice fiscal 2017. La Loi de finance prévoit que la déductibilité de la TVA, dans ces cas, ne deviendra partiellement déductible qu'à partir de l'année prochaine à hauteur :

  • de 20 % en 2018
  • de 40 % en 2019,
  • de 60 % en 2020,
  • de 80 % en 2021,
  • de 100 % en 2022.


Par contre, la TVA sur le gazole et le super-éthanol reste déductible, sans changement, à hauteur de :

Lire la suite...

lundi, 30 janvier 2017

Lette ouverte d'un cocu à M. Fillon

fillon2.jpg
Monsieur le député,

J'ai voté pour vous lors de l'élection primaire.
Votre posture donnait l'argument nécessaire pour contrer la tentation d'un vote extrémiste, de la part de tous ceux qui désapprouvent un cirque politico-médiatique pitoyable, en France et ailleurs dans le monde.

Aujourd'hui, j'ai changé d'avis. Enfin, je sais que je ne voterai plus jamais pour vous.

Lire la suite...

jeudi, 26 janvier 2017

Tout ce que l’école n’apprendra jamais à un entrepreneur

etudiant_puis_entrepreneur.png
Le passage soudain de la vie d’étudiant à la vie en entreprise est un changement brutal. Chacun le vit à sa façon et il est difficile de s’y préparer. Le choc est sans doute encore plus violent pour ceux qui, choisissant la voie de l’indépendance, s’installent à leur compte ou créent une entreprise dès leurs études terminées. Voici ce qui change lorsqu’on passe du statut étudiant à la vie d'entrepreneur.

Ecole buissonnière interdite

S’il est possible à l’étudiant de sécher des cours sans forcément compromettre sa réussite scolaire, il n’en va pas de même pour l’indépendant ou le dirigeant de startup. Le jeune patron devra travailler assidument et régulièrement pour réussir à installer son business. Aucune jeune pousse ne réussit si son gestionnaire s’implique insuffisamment. Le dilettantisme est d’autant plus néfaste quand l’entrepreneur est aussi employeur : il se doit d’être exemplaire dans son engagement.

Parer à l’imprévu c'est la routine !

Rien à l’agenda pour ce samedi matin ? Vous aviez planifié une grasse matinée pour récupérer les heures de sommeil en retard accumulées au cours de la semaine ? Et une nuit sur le dancefloor pour oublier le stress ? En tant que dirigeant d’entreprise vous êtes soumis au « calendrier de la nécessité ». Ce qui signifie que vous n’irez peut-être pas dormir en sortant de boîte de nuit, si un évènement non programmé vous oblige à agir d’urgence pour arranger vos affaires.

Votre entreprise est une maîtresse exigeante

Finies les longues pauses pendant lesquelles les étudiants prennent du bon temps sur le campus, finies les périodes de vacances interminables et les mois de césure. L’entreprise, surtout en période d’amorçage est comme une femme amoureuse : elle ne vous lâchera jamais la grappe. Le jeune entrepreneur, occupé par le lancement de son produit et le suivi de son business plan doit s’attendre à renoncer à vivre comme ceux de ses camarades d’école qui, ayant choisi la voie du salariat, disposent de loisirs programmés et d’une relative insouciance, une fois les heures de bureau passées.

L’organisation séquentielle de vos objectifs devient impossible

Lire la suite...

- page 1 de 43